Le diesel
Le diesel © MaxPPP/L'Est Républicain/Julio PELAEZ

Alors qu'elles représentaient encore près des deux tiers des ventes il y a quatre ans en France, les véhicules diesel ne représentent plus désormais que 38% des véhicules vendus aux particuliers sur les six premiers mois de l'année. Chiffres donnés par le journal les Echos à partir de données fournies par deux constructeurs.

Cette inversion de tendance est une première. Les ménages qui constituent 50 % du marché automobile, ont boudé les diesel durant le premier semestre. Du coup ces véhicules n'ont représenté que 46,6 % des ventes de voitures neuves en France, soit 474.000 voitures. Pour 2016 cela devrait représenter 50% des ventes totales, c'était 57% en 2015 et 64% en 2012.

Les raisons de la désaffection

La chute est donc brutale et même le CCFA, le Comité des constructeurs français d'automobile, ne s'attendait pas à ce que le marché du diesel bouge aussi vite. Si la chute est brutale c'est bien entendu en raison du scandale Volkswagen sur ces moteurs diesel truqués.

En raison du discours politique également. Selon le CCFA les acheteurs sont inquiets, ils ne savent pas s'ils pourront rouler en ville avec leur diesel, s'ils devront payer une pastille plus ou moins couteuse. En revanche la fiscalité qui augmente sur le diesel n'a pas vraiment d'impact.

Enfin il y a une raison économique : les ménages ont plusieurs voitures dans les zones pavillonnaires notamment et achètent des petits modèles essence moins chers, car ils roulent moins et ont donc moins besoin du diesel.

Une tendance qui pourrait avoir de sérieuses conséquences économiques.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.