À 94 ans, l'héritière de L'Oréal est décédée dans la nuit de mercredi à jeudi à son domicile, selon sa fille Françoise Bettencourt Meyers.

Liliane Bettencourt en 2012 à Paris
Liliane Bettencourt en 2012 à Paris © Reuters / Benoit Tessier

Née en 1922, elle était la fille unique d'Eugène Schueller, fondateur notamment de la "Société française de teintures inoffensives pour cheveux", devenue "groupe L'Oréal". Elle a d'abord été stagiaire dans l'entreprise familiale en 1937, avant d'en hériter au décès de son père en 1957. Première actionnaire du groupe jusqu'à sa mort, elle était en 2017 la femme la plus riche du monde, selon le magazine Forbes (avec une fortune estimée à presque 36 milliards d'euros).

En 1950, elle épouse André Bettencourt dont elle prend le nom. Ce dernier, aidé notamment par la fortune et l'influence du père de Liliane, fera une longue carrière dans le groupe L'Oréal mais aussi en politique, puisqu'il sera notamment ministre de l'Industrie de 1968 à 1969 et des Affaires étrangères en 1973. Il meurt en 2007.

ALLER PLUS LOIN | Liliane sans fard, un portrait de la femme la plus riche du monde signé Olivier Josso Hamel, Nathalie Hernandez et Charlotte Piret.

Ces dernières années, le nom de Liliane Bettencourt avait surtout été associé à deux imbroglios judiciaires portant son nom : l'affaire Banier-Bettencourt, lancée par sa fille Françoise qui accusait d'abus de faiblesse le photographe François-Marie Banier, dont sa mère a longtemps été le mécène ; et l'affaire Woerth-Bettencourt, basée sur des soupçons de financement illicite de la campagne de Nicolas Sarkozy. Ce dernier avait bénéficié d'un non-lieu, et Eric Woerth d'une relaxe.

Dans ces deux affaires, Liliane Bettencourt avait dû s'exprimer publiquement, notamment sur TF1 en 2010. Elle avait finalement été mise sous tutelle en octobre 2011, une décision confirmée en appel en 2012. Les deux décisions jugeaient qu'elle avait subi une "altération de ses facultés cognitives". Pourtant, la plainte pour abus de faiblesse a été classée sans suite en mars 2011 par le procureur du tribunal de Bordeaux.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.