Après les difficultés de son abattoir de Lampaul-Guimiliau, Gad avait recentré son activité sur le site de Josselin.
Après les difficultés de son abattoir de Lampaul-Guimiliau, Gad avait recentré son activité sur le site de Josselin. © MaxPPP / POL DERWENN

Dix mois après la fermeture de l'abattoir de Lampaul-Guimiliau dans le Finistère, la direction de l’usine Gad de Josselin, dans le Morbihan, où travaillent 1.000 personnes annonce son intention d’engager une procédure de liquidation judiciaire.

Déjà, en 2013, une procédure de redressement judiciaire avait été lancée. Cette fois, la situation est critique. La demande de liquidation judiciaire pourrait intervenir d’ici fin août-début septembre. La direction l’a annoncé lors d’un comité central d’entreprise (CCE) ce mercredi 6 août.

4,5 millions de dette

Car ces derniers mois, les problèmes de trésorerie ne se sont pas résolus. Ils ont même été aggravés par l’embargo russe sur le porc, mis en place en février dernier. Un représentant syndical, Patrick Piguel, de la CFDT, parle de 4,5 millions d’euros de dette, à payer le 10 octobre.

►►►LIRE AUSSI | L’embargo russe inquiète les agriculteurs français

Reste, pour les salariés, l’espoir d’une reprise. Les négociations engagées en juillet entre la société SVA Jean Rozé, filiale d’Intermarché, et la Cecab, qui détient l’abattoir, n’ont pour l’instant pas abouti. Mais elles pourraient être relancées par ces derniers éléments.

Manifestation à Lorient

C’est en tout cas ce qu’escomptent les syndicats, qui ont appelé les salariés de Gad à manifester ce samedi après-midi sur le site du Festival interceltique de Lorient. Car il y a trois conditions à la continuation de l’activité, explique Annick Le Guévelec, de la CFDT :

  • une trésorerie suffisante
  • une absence de mouvements sociaux dans l’entreprise
  • une offre de reprise ferme.

Annick Le Guévelec, de la CFDT, jointe par Quentin Chillou.

Nous avons fait en sorte que les salariés gardent espoir. On sait que la situation est fragile depuis la sortie de la procédure l’année dernière.

►►►ALLER PLUS LOIN | 889 emplois sont supprimés dans les abattoirs Gad

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.