La Loi mobilité est présentée mercredi en Conseil des ministres, avec une mesure très attendue : la baisse "drastique" du coût du permis de conduire, promise il y a dix jours par Emmanuel Macron.

Le permis de conduire coûte entre 600 et 2.000 euros.
Le permis de conduire coûte entre 600 et 2.000 euros. © AFP / VINCENT ISORE

C'est une des mesures les plus attendues de la Loi mobilité, qui sera présentée mercredi en Conseil des ministres, la baisse du prix du permis de conduire. Emmanuel Macron a promis, il y a dix jours, une baisse "drastique" pour les candidats à l'examen. La question qui se pose, c'est comment ? Comment faire baisser son prix alors que le marché aujourd'hui est dérégulé et qu'aucun candidat ne paye la même somme.

En effet, le permis de conduire coûte entre 600 et plus de 2 000 euros. Cet écart important s'explique notamment par le nombre de tentatives pour l'obtenir. Plus le candidat le rate, plus la facture est salée, car avec les heures de conduite qui s'additionnent, le prix augmente fortement. 

Le permis de conduire est deux fois plus cher à Paris qu'à Belfort

Le coût du permis varie énormément aussi en fonction de l'endroit où l'on passe l'examen. Les prix sont très variables d'un département à l'autre. Il y a 11 000 auto-écoles en France, et chacune applique sa propre politique tarifaire. Le permis le plus cher se passe à Paris, où il coûte en moyenne plus de 2 000 euros, c'est pratiquement deux fois plus cher qu'à Belfort.

Le boom des auto-écoles "low-cost" en ligne

Si le prix du permis varie, c'est également pour une raison structurelle. Depuis le vote de la loi Macron sur la dérégulation de l'économie il y a quatre ans, des start-up proposent des permis low-cost, avec des examens en ligne, des moniteurs indépendants, à des prix défiants toute concurrence. Par exemple, chez le leader du marché Ornikar, le permis coûte en moyenne 750 euros, soit deux fois moins qu'un permis dans une auto-école classique. Ornikar a attiré cette année 200 000 élèves. Cela veut dire qu'au moins un candidat sur cinq au permis de conduire a choisi une solution en ligne.

Une piste est avancée par le président de la République : le code pourrait être passé à l'école. Cette mesure ferait baisser le coût du permis mais ne réduirait pas pour autant les différences de prix. En 2012, un projet visant à enseigner le code de la route dans les lycées, proposé par Ségolène Royal dans la région Poitou-Charentes qu'elle présidait, avait suscité une vive mobilisation des auto-écoles. Elle avait fait marche arrière. 

Autre piste envisagée, le service national sur lequel travaille actuellement les députés et dont le rapport sera présenté en janvier prochain, pourrait permettre aux jeunes engagés dans ce "parcours citoyen" de bénéficier d'un accès simplifié et moins cher au permis de conduire.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.