Les deux dernières journées avaient donné des signes d'essoufflement. Mais ce jeudi 31 mars avec la mobilisation des syndicats de salariés, CGT et FO, la manifestation est d’ores et déjà un succès. Qu'on prenne les chiffres de la police ou ceux des syndicats, la manifestation a plus que doublé ses rangs par rapport au 9 mars.

Reportage dans le cortège parisien avec Maxime Debs

Le 9 mars dernier, la mobilisation avait déjà été un succès. Le ministère de l'Intérieur avait compté 224.000 personnes dans les rues et les syndicats de 400.000.

Les manifestants ce jeudi à Toulouse.
Les manifestants ce jeudi à Toulouse. © Radio France / Stéfane Iglésis

Cette fois-ci, dans les grandes villes, les premiers cortèges rassemblaient plusieurs milliers de manifestants jusqu'à 120.000 à Marseille selon les organisateurs pour 20.000 personnes à Toulouse d'après la police, et 100.000 d'après les organisateurs.

À Lyon, la manifestation a réuni 30.000 personnes selon la CGT.

"Il y a une très forte mobilisation. (...) ça va au-delà de ce qu'on avait prévu", a constaté le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, "Il faut que le gouvernement prenne en compte ce qu'il se passe dans la rue."

Pour Jean-Claude Mailly de Force Ouvrière, "les premières manifestations sont beaucoup plus importantes que le 9 mars. Le gouvernement doit ouvrir les yeux".

Dans plusieurs villes, ces manifestations ont donné lieu à de brèves échauffourées avec la police à Marseille, Nantes, Grenoble, Toulouse, Rennes ou Paris. Plusieurs personnes ont été interpellées pour des jets de projectiles a expliqué la police.

Une grève bien suivie

Les grèves ont aussi beaucoup mobilisé entraînant des perturbations dans les lycées et les universités, provoquant le blocage de 176 lycées sur 2.500.

A la SNCF, le taux de participation à la grève s'est élevé selon la direction à 24,2% contre 35,5% le 9 mars.

La RATP avait prévu un train sur deux pour les RER A et B et trois rames sur quatre en moyenne. Quant au secteur aérien, 20% des vols ont été annulés à Orly et un tiers à l'aéroport de Marseille selon la Direction générale de l'aviation civile (DGAC).

La direction de l'opéra de Paris a annoncé que les spectacles de l'opéra Bastille et Garnier étaient annulés pour cause de grève.

► RÉÉCOUTEZ | Pour ou contre la "Loi travail 2.0", notre débat dans Interactiv'

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.