Loi Travail : occupation du lycée Pasteur à Lille
Loi Travail : occupation du lycée Pasteur à Lille © MaxPPP / P.Pauchet, La Voix du Nord

La jeunesse était une nouvelle fois dans la rue contre la loi Travail ce jeudi. Entre 69.000 (ministère) et 150.000 (Unef) étudiants et lycéens ont battu le pavé. Des établissements ont été bloqués, et quelques heurts ont éclaté.

Après une grande journée de mobilisation aux côtés des salariés le 9 mars dernier, la jeunesse est de nouveau descendue dans la rue ce jeudi, visiblement peu convaincue par les concessions annoncées ce lundi par le gouvernement, et notamment l'extension de la garantie jeunes. A l'issue de la présentation de ces arbitrages à Matignon, plusieurs syndicats, dont l'UNEF (principal syndicat étudiant), s'étaient dit déçus. Une vingtaine d'organisation de jeunesse appelaient donc à manifester ce 17 mars pour demander le retrait du projet de réforme du Code du Travail.

Blocage et cortèges

Ce jeudi matin, selon un décompte du ministère de l'Education Nationale, 115 lycées étaient bloqués, dont la moitié en région parisienne. Les lycéens et étudiants sont ensuite descendus dans la rue, dans des cortèges plus ou moins fournis : selon un décompte de l'Agence France Presse, ils étaient environ 9.000 à Paris, entre 2.700 et 10.000 à Rennes, entre 6.500 et 10.000 à Toulouse, environ un millier à Strasbourg, environ 3.000 à Lyon et à Bordeaux, 2.700 à Nantes ou encore 700 à Marseille. Le syndicat étudiant UNEF estime le nombre de manifestants à 150.000 pour ce jeudi.

Une nouvelle manifestation, à laquelle les salariés devraient se joindre, est prévue pour le 31 mars.

Quelques incidents

Des incidents ont eu lieu à Paris à la mi-journée. Trois personnes ont été interpellées pour des dégradations. Des personnes cagoulées s'en sont prises aux vitrines des banques, et deux CRS ont été blessés par une voiture.

Notre reporter Mathilde Dehimi suit la mobilisation parisienne.

A Strasbourg, une lycéenne de 18 ans a été légèrement blessée à la tête lors d'une intervention des forces de l'ordre pour déloger des manifestants qui bloquaient l'accès à la faculté de droit. A Rennes, la gare SNCF a été brièvement envahie, interrompant le trafic ferroviaire. Des incidents se sont ensuite produits devant la mairie. Une personne a été interpellée.

Suivez les manifestations en direct, grâce au fil Twitter de notre reporter Mathilde Dehimi, et ceux des rédactions de France Bleu.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.