Après les syndicats, le président du Medef était reçu à son tour à Matignon pour évoquer la loi Travail. Pierre Gattaz parle d’une "énorme déception".

Pierre Gattaz arrive à Matignon pour un entretien avec M.Valls
Pierre Gattaz arrive à Matignon pour un entretien avec M.Valls © Reuters / Jacky Naegelen

Après le défilé des principaux leaders syndicaux mercredi dans son bureau, le Premier ministre Manuel Valls a rencontré jeudi après-midi les représentants du patronat. A la sortie de l’entretien, Pierre Gattaz, président du Medef s’est dit "très déçu" et "très pessimiste" concernant le projet de loi travail, avec un jugement sans appel : pour le premier représentant du patronat, le texte proposé par le gouvernement ne servirait "strictement à rien" en terme d'emploi.

"La loi travail : énorme déception", a-t-il dit martelé : Pierre Gattaz n’a pas choisi la demi-mesure pour relater son entretien avec Manuel Valls, qualifiant le texte porté par la ministre Myriam El-Khomri de "monument de complexité, absolument illisible pour les TPE PME".

Retravailler le texte

Le patron du Medef s’oppose à la nouvelle version du texte, après une première mouture en février, largement remaniée depuis par le gouvernement sous la pression des syndicats. "Plus personne n'y comprend rien sur le terrain (...) j'en suis désolé, je l'ai dit au Premier ministre", a lancé le patron des patrons, qui a appelé le gouvernement à "retravailler" le compte pénibilité à la veille de son entrée en vigueur, répétant qu'il était "inapplicable".

"Je l’ai dit à Manuel Valls : écoutez, on a un problème"

"La pénibilité, c'est une loi qu'on ne sait pas appliquer (…) Je n'ai pas appelé à la désobéissance, (..) j'ai dit qu'on ne savait pas faire", a nuancé le patron des patrons. Manuel Valls ne lui a "rien répondu" et l'a seulement "écouté gentiment", selon le président du Medef.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.