Les services du président de la République apportent ce dimanche la touche finale aux nouvelles propositions qui seront faites lundi aux partenaires sociaux. Objectif : rassurer le

Manifestation contre la loi Travail
Manifestation contre la loi Travail © Radio France / Laurent Kramer

Tout va en fait se jouer sur les dispositions "allégeables", celles sur lesquelles le projet de loi peut faire quelques pas en arrière. Le premier outil, ce sera un élargissement de la garantie jeunes , cette allocation de 461 euros mensuelle expérimentée depuis 2013 auprès de 50 000 bénéficiaires. Elle a pour vocation de réinsérer les 18/25 ans les plus éloignés de l'emploi.

Recul sur le plafonnement des indemnités et le temps de travail ?

Du côté syndical, le point de blocage incontournable, c'est le plafonnement des indemnités pour licenciement abusif . Il pourrait n'être inscrit qu'à titre indicatif dans le texte, ce qui laisserait toute latitude aux prud'hommes pour aller au-delà du barême de référence de la loi. Une solution qui convient à la CFE-CGC et à la CFDT.

Dernier point sensible : les modifications des temps de repos, d'astreinte et de dérogation aux 35 heures avec le "forfait jour" , qui était applicable sans discussion dans les petites et moyennes entreprises. Il serait finalement laissé à l'appréciation des partenaires sociaux et renvoyé à une négociation entre patronat et syndicats.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.