L'association "Les Atelières" va demander sa liquidation vendredi
L'association "Les Atelières" va demander sa liquidation vendredi © MaxPPP / Richard Mouillaud

Celles qu'on surnommait "Les Atelières" vont bientôt mettre la clé sous la porte. Elles, ce sont d'ex-salariées de l'entreprise de lingerie Lejaby qui se sont mises en coopérative à Villeurbanne (Rhône) il y a un an pour sauver leur activité.

Muriel Pernin, la fondatrice et dirigeante de cette société coopérative d'intérêt collectif (SCIC), a annoncé lundi qu'elle allait demander vendredi la liquidation de l'association devant le tribunal de commerce de Lyon.

Spécialisée dans la confection de lingerie haut de gamme, la société n'a plus les moyens de se financer. L'emploi d'une trentaine de personnes, dont des couturières passées par Lejaby, est menacé.

Muriel Pernin regrette cette issue :

Dans notre pays on a de très beaux métiers mais on les a abandonnés au fil du temps.

Maurice Fusier résume la situation pour France Inter

Un symbole du Made in France

Les salariés lyonnaises confectionnent de la lingerie de luxe "Made in France", un label qui avait notamment valu à Nicole Mendez et Bernadette Pessemesse, deux ex-Lejaby, d'être nommées au grade de chevalier de l'ordre national du Mérite en novembre 2012.

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg avait alors salué ces nominations :

Elles l’ont mérité, en défendant plus que les actionnaires de leur entreprise – elles-mêmes ouvrières et salariées – le Made in France et le patriotisme économique.

Le savoir-faire français, les salariés des "Atelières" y croyaient pour lancer leur société coopérative. Aujourd'hui le constat est amer, comme l'explique Micheline Rodriguez, une salariée :

On nous a menti, on nous a laissé espérer (...). Il y a un ministre du Redressement productif mais là il ne sert à rien.

Maurice Fusier a rencontré les salariés de l'association :

De l'entreprise au musée

Fin novembre 2012, le directeur administratif Richard Llung avait ouvert les portes des "Atelières" à France Inter. Il précisait alors l'objectif de l'association :

L'atelier est en cours de réalisation (...). Pour autant il faut durer. Si vous faites une entreprise qui n'arrive pas à produire ou dégager de marges ça devient un musée.

La visite des "Atelières" à son lancement :

Derniers articles
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.