Les jeunes ont plus de risques d'être au chômage que leurs aînés, mais ils en sortent plus rapidement, selon l’INSEE. Explications.

Plus d'un quart des jeunes chômeurs retrouve un emploi au bout d'un trimestre
Plus d'un quart des jeunes chômeurs retrouve un emploi au bout d'un trimestre © AFP / PHILIPPE HUGUEN

Les chiffres de l’INSEE sont catégoriques. Plus d’un quart des jeunes demandeurs d’emploi (15-24 ans) quitte le chômage au bout d’un trimestre. Chez les personnes de plus de 50 ans, le taux est deux fois moins élevé. Un écart qui va de pair avec le parcours scolaire : il est plus facile de trouver un travail lorsque les études viennent de s’achever - plutôt que 10 ans après.

Les ex-chômeurs acceptent plus souvent des contrats à durée limitée

Les diplômés sortent également plus rapidement du chômage : au-delà du bac ils sont deux fois plus nombreux à trouver un emploi dans le trimestre qui suit que les chômeurs sans diplôme. Toutefois, lorsqu'ils retrouvent un travail, les ex-chômeurs sont plus souvent que les autres en contrats à durée limitée (CDD, intérim) ou en apprentissage. L’écart est impressionnant : 72,2 % contre 13,1 %.

Plus on reste au chômage, moins vite on en sort

Le chômage reste un cercle vicieux : plus on y reste moins on a de chance d'en sortir. Pour preuve : les demandeurs d’emploi - qui étaient au chômage depuis moins d’un an - retrouvent un travail dans plus d’un quart des cas. Chez les chômeurs de longue durée (au moins trois ans), ils ne sont que 6,7 %, chaque trimestre, à retrouver le chemin de l’emploi.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.