L'émergence des banques en ligne n'a pas joué à la baisse sur les tarifs des banques traditionnelles. Au contraire, depuis 2013, l'association de consommateur UFC-Que choisir a relevé une importante hausse des frais bancaires sans réelle justification et appelle les clients à renégocier ces tarifs.

Entre 2013 et 2018, les frais bancaires ont augmenté trois fois plus vite que l'inflation sur la même période
Entre 2013 et 2018, les frais bancaires ont augmenté trois fois plus vite que l'inflation sur la même période © AFP / Gabriel Sanchez / AltoPress / PhotoAlto

En regardant à la loupe les brochures tarifaires de 22 banques, les experts d'UFC-Que choisir ont constaté que la concurrence des banques en ligne, voire des nouveaux opérateurs comme Orange Bank, n'avait pas eu d'effet à la baisse sur les tarifs des banques traditionnelles.

Pire, leurs tarifs ont augmenté en moyenne de 2,2 % en un an et de 9 % depuis 2013, soit trois fois plus que l'inflation.

Les prix de certains services ont même flambé : +17 %, par exemple, pour un virement et +11 % pour la fourniture d'un chéquier. Des tarifs jugés injustifiés par l'association de consommateurs, qui rappelle également que ces hausses ne s'accompagnent que très rarement de services supplémentaires dans les agences bancaires.

Entre 150 et 400 euros d'économie avec les banques en ligne

Au contraire, les banques ferment leurs agences les unes après les autres. D'ici 2020, la BNP,  la Société générale, la Banque populaire et LCL prévoient la fermeture d'au moins 1 180 agences.

Résultat : UFC-Que choisir recommande de faire jouer la concurrence mais surtout de se retourner vers les banques en ligne, pourtant filiales, assez souvent, des banques traditionnelles, mais qui proposent des frais de gestion quatre fois moins élevées et qui permettent d'économiser chaque année entre 150 et 400 euros.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.