Tampon hygiénique
Tampon hygiénique © Lili K./Corbis

À l'appel de l'association féministe Georgette Sand, quelque dizaines de personnes ont manifesté aujourd'hui à Paris pour réclamer la baisse de la taxe sur les protections périodiques. La TVA est actuellement de 20%, contre 5,5% pour les produits dits de première nécessité.

Le collectif féministe a par ailleurs sollicité le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le commissaire européen à l'ÉconomiePierre Moscovici pour obtenir une harmonisation de la fiscalité sur les protections périodiques dans l'Union européenne.

Cette demande de réduire la taxe sur les tampons et serviette n'est pas comme d'autres, un thème récurrent des débats budgétaires français. L'idée de réduire la TVA sur les lunettes par exemple revient chaque année.Là c'est nouveau et stimulé par l'abolition canadienne de la taxe fédérale de 5% annoncée en mai par le député d'opposition Peter Julian

Le premier juillet, cette taxe va disparaitre !

Ovation donc au Canada, mais plus de réserves au Royaume uni où le mouvement féministe mène aussi campagne à coup de pétitions. Le thème est repris par les députés comme la travailliste Stella Creasy .

Les tampons et les serviettes ont toujours été considérés comme un luxe, et ce n'est pas un hasard, c'est le fait d'une société inégalitaire dans laquelle les besoins des femmes ne sont pas aussi importants que ceux des hommes.

La TVA déjà réduite outre manche pourrait être suppriméesur les tampons et serviettes. Bruxelles doit se prononcer.En France passer de 20 à 5,5 % représenterait un manque à gagner de 50 à 130 millions d'euros pour le budget de l'état.

►►► REVOIR | Le billet de Sofia Aram du 19 octobre dernier

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.