Les retraites complémentaires sont en danger
Les retraites complémentaires sont en danger © Reuters

Manuel Valls a annoncé ce jeudi une mesure "forte" pour les petites retraites et s'est dit ouvert à des négociations sur le gel du point d'indice des fonctionnaires si la croissance revient.

Le Premier ministre a une nouvelle fois insisté, lors d'un déplacement près de Dreux (Eure-et-Loir), sur le caractère impératif des économies de 50 milliards d'euros annoncées pour réduire le déficit public de la France et financer des baisses de charges pour les entreprises.Manuel Valls a fait cette annonce avant le vote de mardi à l'Assemblée, sur le programme de stabilité, qui s'annonce difficile en raison des réticences d'une partie de la majorité. Les propos du Premier ministre, recueillis par Thomas Pontillon.

J'ai comme souci, et c'est l'engagement également du gouvernement, d'être très attentif à l'attente des classes moyennes et des salariés modestes

Une annonce qui ne suffira peut-être pas à calmer la grogne qui monte chez les parlementaires socialistes, qui considèrent, comme Mathias Fekl, député du Lot-et-Garonne l'a dit à Claire Servajean

Il y a des choses qui, pour une majorité de gauche, ne sont pas acceptables

►►►A LIRE AUSSI| VALLS ; UN GESTE POUR LES PETITES RETRAITES ?

Le Parti socialiste, lui, doit adopter lundi soir une position "solennelle" sur le programme de stabilité. Elle devrait être votée sans trop de difficultés, malgré la fronde d'une partie des députés de la majorité, pas convaincus par les premières annoncées.

C'est le cas de Pierre-Alain Muet, élu du Rhône, qui salue tout de même l'effort consenti par Manuel Valls

Le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux, a rappelé qu'il n'y aurait "pas de vote sans conséquence" lundi prochain. À bon entendeur...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.