L'ouverture de la 43e Fiac Paris est l'occasion de faire point sur les tendances du marché de l'art. A commencer par les ventes en ligne, qui se taillent la part du lion.

Une oeuvre de Stefan Nikolaev "Cry me a river"
Une oeuvre de Stefan Nikolaev "Cry me a river" © AFP / FRUMM John / hemis.fr / Hemis

Envolées les vertigineuses hausses de chiffres d'affaires sur le marché de l'art des années 2000. Désormais la tendance est à l’atterrissage en douceur. Des hausses de 1 000% on passe à des baisses de 12% en 2015 puis 25% ces douze derniers mois. Le marché de l'art pèse actuellement 1,5 milliard de dollars.

L' art contemporain représente 12% du marché de l'art. La proportion pourrait augmenter notamment du fait de l'achat d’œuvres en grande quantité pour remplir les 1 200 nouveaux musées qui vont s'ouvrir dans les mois qui viennent un peu partout dans le monde.

De plus en plus de transactions en ligne

L’e-commerce de l’art est la tendance forte du moment, que ce soit en ventes aux enchères en ligne, ou toutes autres formes d'achat et de transactions.

Les sites de vente d’œuvres d’art en ligne sont plus utilisés que les plateformes des maisons d’enchères (41% d’utilisation contre 37%).

Selon l'assureur Hiscox, 46% des galeries sont partenaires de plateformes en ligne tierces comme Artsy, Artspace ou Amazon.

Toutefois, pour l'instant, seules 28% des galeries offrent la possibilité d’acheter et de payer directement en ligne.

La France, petit poucet de l'art contemporain

Pour l'art contemporain, la France occupe la 4e place du volume d'affaires aux enchères. 41,4 millions de dollars de volumes d'affaires, est loin derrière les Etats-Unis, en tête de peloton. Paris reste la ville des tableaux anciens, et des objets décoratifs.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.