Marseille, grève des éboueurs
Marseille, grève des éboueurs © CC jerome galinie

La cour administrative d'appel de Marseille a estimé que le règlement intérieur de la communauté urbaine de Marseille qui autorise les éboueurs de la ville à pratiquer le "fini-parti" est illégal.

Ce système, contesté par ceux qui trouvent que du coup le travail est baclé, permet aux éboueurs de quitter leur poste dès le travail est fini.

Vendredi, la cour administrative d'appel a notamment considéré "que la pratique du 'fini-parti' est susceptible d'avoir une influence sur la qualité du service rendu et "fait droit à la demande du requérant", un avocat et usager marseillais, Benoît Candon, défenseur d'associations citoyenne.

La cour a "enjoint à la communauté urbaine d'abroger dans un délai de six mois, le point" concerné "du règlement intérieur de sa direction de la propreté urbaine".

Interrogé sur la décision, Jean-Claude Gaudin a déclaré qu'il n'a "jamais été contre le 'fini-parti' à condition que le travail soit bien fait et bien fini". La justice tranche, par conséquent nous devons nous soumettre à la justice", a ajouté l'élu.

Jean-Claude Gaudin au micro d'Isabelle Dor

Patrick Mennucci s'est félicité de cette décision estimant que qu'elle valide sa proposition lors de la campagne des municipales d'en finir avec le 'fini-parti'. Pour le candidat PS malheureux à la Mairie de Marseille, la décision "montre combien Jean-Claude Gaudin a préféré fermer les yeux sur ces pratiques".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.