Le groupe Casino, propriétaire notamment de Monoprix, a annoncé le rachat du site spécialiste de la vente de chaussures Sarenza. Une acquisition qui, une fois les négociations abouties, permettra à Monoprix d'accélérer sa transformation digitale en marque "omnicanal", stratégie commune de toute la grande distribution.

Monoprix va constituer un nouveau pôle digital avec le chausseur Sarenza, qui gérera son offre non alimentaire en ligne. (Photo d'illustration)
Monoprix va constituer un nouveau pôle digital avec le chausseur Sarenza, qui gérera son offre non alimentaire en ligne. (Photo d'illustration) © AFP / Joël Saget

Comment rivaliser avec Amazon, alors que le site e-commerce ouvre des entrepôts de plus en plus grands et même un premier magasin sans caissiers à Seattle ? En rachetant des sites de vente en ligne.

Carrefour l'avait fait l'an dernier avec Rue du Commerce, c'est cette année au tour de Monoprix. La filiale du groupe Casino a annoncé avoir entamé des négociations exclusives avec Sarenza, site spécialiste de la vente de chaussures.

Cette acquisition vise à compléter l'offre de Monoprix dans la mode et à le positionner comme un "leader omnicanal du lifestyle" (mode, décoration, beauté), a indiqué Casino dans un communiqué.

Les consommateurs ne distinguent plus la vente physique de la vente en ligne

Omnicanal ? Ce mot à la mode dans le secteur de la grande distribution vise à rattraper le retard côté numérique en s'emparant du savoir-faire - et des données client - pour atténuer la frontière entre vente physique et vente à distance, frontière qui devient de plus en plus ténue pour les consommateurs. 

Sa disparition est évoquée par un néologisme curieux : le "phygital" qui consiste à imbriquer les points de vente physiques et les technologies numériques et qui rend la prospection essentielle. Par conséquent, le fichier client des sites e-commerce, souvent bien mieux fourni que celui des enseignes de grande distribution, en dépit des cartes de fidélité, devient incontournable à des fins marketing.

Après avoir conclu un accord dans le e-commerce alimentaire avec le britannique Ocado, Monoprix entend donc maintenant accélérer le pas dans le non-alimentaire avec l'expertise digitale de Sarenza. Monoprix va ainsi constituer avec le chausseur un nouveau pôle digital qui gérera son offre non alimentaire en ligne.

Sarenza est un des leaders français de la vente de chaussures sur internet, en concurrence avec l'allemand Zalando et le grenoblois Spartoo. La société propose plus de 650 marques et près de 40 000 modèles, et a réalisé des ventes (avant retours) de plus de 250 millions d'euros au cours de son dernier exercice.  A terme, l'ensemble de son offre de chaussures sera disponible sur le site Monoprix.fr.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.