Mory Ducros, devenu MoryGlobal, vit sans doute ses derniers jours
Mory Ducros, devenu MoryGlobal, vit sans doute ses derniers jours © Radio France / Nicolas Vallauri

Le transporteur Mory Global (ex-Mory Ducros) a été placé en liquidation judiciaire avec poursuite d'activité durant un mois, a-t-on appris mardi desource syndicale.

La décision du tribunal de commerce de Bobigny intervient après un redressement judiciaire prononcé le 10 février 2015.Environ 2.000 salariés sont menacés de perdre leur emploi.

"Les salariés sont dépités d'avoir à travailler encore plusieurs semaines alors que leur boîte va fermer", a dit à Reuters Eric Jahier, délégué du personnel sur le site d'Ormes, dans le Loiret.

Ici, la moyenne d'âge est de 47 ans et l'ancienneté de 18 ans

Aujourd'hui, nous demandons une prime supra-légale de 12.000 euros pour 20 ans d'activité , comme ce qu'avaient obtenu les Mory Ducros au cours du plan social précédent", a-t-il précisé.

Devant le tribunal de commerce de Bobigny comme dans toutes les agences du groupe, l'amertume était grande aujourd'hui, comme l'explique Claire une salariée à Vanessa Marguet .

On a l'impression d'avoir été menés en bateau depuis l'an dernier

En 2014, le transporteur Mory Ducros avait procédé à un plan social prévoyant le départ de près de 3.000 salariés , malgré l'intervention du gouvernement en la personne d'Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif.Les représentants du personnel doivent être reçus jeudi au Ministère des transports pour entamer des discussions autour d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) mais "aucun rendez-vous formel n'a encore été fixé", précise une source syndicale. "Il va falloir que les choses bougent rapidement, sans quoi certains salariés excédés menacent de mettre le feu aux entrepôts ", prévient Éric Jahier.La société Mory Global s'était déclarée le 6 février en cessation de paiement, un an à peine après sa reprise par letransporteur Arcole industries, son principal actionnaire.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.