L'entreprise Mory Ducros a été placée en redressement, fin 2013
L'entreprise Mory Ducros a été placée en redressement, fin 2013 © MaxPPP/Xavier de Torres

Le plan de reprise du transporteur routier Mory Ducros prévoit désormais la sauvegarde de 2.005 emplois contre 1.754 auparavant, a annoncé jeudi le gouvernement à l'issue de négociations avec les organisations syndicales et les actionnaires.

En tenant compte des filiales du groupe, les emplois sauvegardés passent de 1.900 à 2.150, précise Arcole Industries, actionnaire majoritaire. Mory Ducros, numéro deux du secteur en France derrière Geodis, a été placé en redressement judiciaire en novembre 2013.

"On dit que ça ferme et puis voilà": reportage au Mans de Yann Lastenet

Après huit heures de négociations à Bercy dans la nuit de mercredi à jeudi, l'offre de "continuation d'activité" a été "améliorée", précisent les ministres du Redressement productif, du Travail et des Transports dans un communiqué. Arcole promet une enveloppe supplémentaire de 21 millions d'euros "pour payer les indemnités supra légales aux salariés qui seront licenciés", et s'engage au maintien des accords sociaux pour une période minimale de 24 mois.

"Si demain, il y a une grève dure, il n'y a puls d'entreprise" Philippe Bleriot, administrateur

L'entreprise précise ainsi dans un communiqué:

Le gouvernement considère que le risque de perdre les 5.000 emplois Mory Ducros peut désormais être écarté si le rapprochement des points de vue se conclut dans les jours qui viennent par un accord des organisations syndicales.

Le secteur du transport routier s'est engagé par ailleurs à reclasser 1.000 salariés de Mory Ducros, selon le texte. Le gouvernement promet d'accompagner les salariés non repris avec des propositions de 500 embauches dans des entreprises publiques telles que La Poste ou la RATP et la création d'une bourse à l'emploi.

"Licenciés comme des malpropres": Freddy, salarié de l'entreprise depuis 30 ans

Autres engagements : rémunération "quasi équivalente" à son salaire net actuel pour chaque salarié pendant un an; accès à des formations professionnelles; prise en charge par l'Etat pendant deux ans du différentiel de salaires, jusqu'à 300 euros par mois, en cas de reclassement dans un emploi moins bien rémunéré.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.