inflation, déflation
inflation, déflation © Fotolia/fraismedia

L'inflation en France est à son plus bas depuis cinq ans : +0,5% en 2014, et même les prix à la consommation n'ont augmenté que de 0,1% le mois dernier.

L'inflation a été tiréé vers le bas par des baisses de prix dans l'énergie, l'alimentation et les produits manufacturés.

L'Insée, qui annonce ces chiffres, note qu'une inflation aussi basse n'avait pas été vue depuis 2009 où les prix n'avaient augmenté que de 0,1% en moyenne sur l'année avant de remonter nettement les années suivantes.

A priori une inflation basse c'est bon pour notre pouvoir d'achat, puisque les prix n'augmentent que très peu : 0,1% d'inflation en décembre. Mais il faut le rappeler, il s'agit d'une moyenne car les prix des services, les assurances, par exemple, continuent d'augmentent de 3%. C'est saisonnier. Mais cette hausse est compensé par la forte baisse des prix du pétrole : moins 12% le mois dernier.

Une inflation proche de zéro, ça n'a pas que des avantages

D'abord, ça durcit les conditions du crédit. En cas d'emprunt immobilier par exemple. Avec une inflation à 2% votre argent se dévaluerait : un euro emprunté, au bout d'un an, ça ne vaudrait plus que 98 centimes. Alors qu'avec une inflation nulle : un euro emprunté, à la fin de l'année, ça vaut toujours un euro.

Deuxièmement, le taux de rémunération du livret A pourrait baisser, car la formule de calcul est indexé sur l'inflation. En toute logique, ce taux devrait donc être ramené à 0,25%, sous la barre symbolique des 1%.

Nous sommes donc actuellement dans une phase d'inflation descendante, mais on ne pas pour autant parler de déflation - synonyme de baisse des prix, de baisse de la consommation -. Preuve en est : sur l'ensemble de l'année 2014, selon l’Insee, l'inflation a quand même augmenté de 0,5%.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.