Le rapport Bailly sur le travail le dimanche
Le rapport Bailly sur le travail le dimanche © Patrice MAGNIEN/MAXPPP / Patrice MAGNIEN/MAXPPP

Jean-Paul Bailly a remis lundi matin, au Premier ministre, son rapport sur le travail du dimanche. L'ex-patron de La Poste a proposé un dispositif qui "permet plus de liberté, plus de marges de manoeuvre, sous réserve d'accords territoriaux et sociaux"

Le Premier ministre a salué les pistes du rapport de Jean-Paul Bailly. Jean-Marc Ayrault a promis d'assouplir dès l'an prochain la loi encadrant le travail du dimanche, tout en assurant qu'il resterait un jour "pas comme les autres".

Commandé par le Premier ministre, le rapport Bailly vise à simplifier des règles jugées trop complexes et incohérentes et à mettre un terme aux nombreux contentieux dans le secteur du bricolage

L'ancien président de La Poste propose de porter de cinq à douze par an le nombre d'ouvertures possibles des commerces le dimanche et de modifier les modalités de fixation des zones où l'ouverture est autorisée toute l'année.

Jean-Paul Bailly souhaite une loi vienne garantir le volontariat et la mise en oeuvre d'accords collectifs avec des conditions de rémunération spécifiques.

Le contenu de ce rapport avec Manuel Ruffez

Le plus gros point noir : les magasins de bricolage

Certaines enseignes du secteur ont décidé d'ouvrir des magasins le dimanche en région parisienne malgré des décisions de justice l'interdisant. En attendant la nouvelle législation, le rapport prône l'inscription provisoire du bricolage dans la liste des secteurs pouvant déroger aux lois actuelles, afin de régler les contentieux en Ile-de-France, et de permettre aux préfets d'accorder des dérogations individuelles.

Il faut une loi rapide, simple et claire pour garantir les droits de tout le monde

Gérald Fillon, le Porte parole du collectif des "Bricoleurs du dimanche" satisfait du décret provisoire, avec Véronique Julia

Le choix de chacun doit être respecté

Pour Jean-Paul Bailly, ses propositions sur le travail dominical qui vont vers "plus de marge de manoeuvre, plus de choix" pour l'ouverture des commerces le dimanche, soit avoir un effet "positif" pour l'économie.

L'ex-patron de La Poste veut responsabiliser les acteurs locaux. Il ne souhaite pas de nouvelles dérogations par secteurs et veut que l'ameublement, le bricolage et l'électroménager soit traités de la même manière.

Il souhaite aussi que les "conditions de volontariat" soient encadrées par la loi et que, notamment, le droit à en pas travailler le dimanche reste un droit.

Jean-Paul Baily avec Claire Servajean

►►► A LIRE | Le rapport de Jean-Paul Bailly

Ce rapport suscite aussi bien des mécontentements. Pour Michèle Chay, de la fédération CGT du commerce, il ouvre des brèches inquiétantes pour les travailleurs.

Michèle Chay interrogée par Véronique Julia

Le député UMP Herné Novelli, interrogé par Nasser Madji, estime quant à lui que ce rapport ne va pas assez loin.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.