[scald=90321:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a pressé lundi les responsables politiques grecs d'accepter les conditions du nouveau plan d'aide afin que la situation du pays soit réglée "une bonne fois pour toutes".

Le président français a ajouté que les éléments d'un accord n'avaient jamais été aussi proches, aussi bien du côté des créanciers privés que des institutions publiques.

Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel après un sommet franco-allemand à Paris a précisé que la France et l'Allemagne n'imaginaient pas qu'il puisse ne pas y avoir d'accord sur le soutien à la Grèce.

"Il n'y aura pas de déblocage de fonds si les décisions ne sont pas prises", en Grèce, a dit Nicolas Sarkozy alors que les discussions entre les membres de la coalition au pouvoir en Grèce n'ont pas abouti dimanche.

"Il n'y a pas de choix", a ajouté le président français.

Jean-Baptiste Vey, édité par Matthias Blamont

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.