Une petite phrase largement reprise sur Facebook assure que le revenu de solidarité active serait désormais, avec la prime de 150 euros par ménage dans le cadre de l’épidémie de Covid, plus "rentable" que de travailler pour gagner un Smic. C’est totalement faux, et on vous explique pourquoi.

Non, toucher le RSA ne rapporte pas plus que travailler
Non, toucher le RSA ne rapporte pas plus que travailler © Maxppp / PHOTOPQR/LE PROGRES/Rémy PERRIN

Vous l'avez peut-être aperçu sur les réseaux sociaux, depuis deux jours : un visuel devenu viral sur Facebook affirme que "C’est officiel le RSA dépasse désormais le Smic, à quoi bon travailler ! Faite [sic] des gosses et restez au chaud, c'est plus rentable."

Le fameux message
Le fameux message / Capture d’écran Facebook

Cette affirmation n'a rien d'officiel (d'ailleurs, elle ne cite aucune source)… Mais surtout elle est fausse.

"Le RSA, c’est moins de 500 euros par mois par personne"

700 euros chaque mois : c'est l'écart de revenus entre un foyer qui vit sur un Smic et un autre qui n'a pour seul revenu que le RSA, et ce quelque soit le nombre d'enfant, selon les calculs de la direction des études du ministère de la Santé. Un écart que la prime de 150 euros par ménage (plus 100 euros par enfant), annoncée la semaine dernière par Emmanuel Macron dans le cadre de l'épidémie de Covid, ne peut pas combler.

"Le RSA, dépouillé de l’aide au logement, c’est moins de 500 euros par mois par personne", explique à l'association ATD Quart Monde Jean-Christophe Sarrot, co-auteur du livre "En finir avec les idées fausses sur la pauvreté". "On imagine bien, même si avec la prime on atteint 650 euros, que ce n’est pas avec ça qu’on va gagner plus que le Smic."

D'autant qu'aux 1.219 euros net du Smic s'ajoute chaque mois un certain nombre d'aides sociales, dont une en particulier ne bénéficie pas aux allocataires du RSA. "On oublie la prime d’activité", ajoute Jean-Christophe Sarrot. "Elle a été conçue justement pour garder cet avantage au travail. On oublie aussi que même si une famille perçoit un Smic, elle continue à percevoir une aide au logement, éventuellement une aide à la mutuelle santé…"

Ces 150 euros de prime exceptionnelle ne seront, de plus, versés qu'une seule fois d'ici la fin de l'année : selon l'exécutif, le coup de pouce ne sera pas réédité.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.