Pas de répit sur le front du chômage, et pas de surprise non plus. C'est le 18e mois consécutif de hausse. On compte désormais 3 103 300 demandeurs d'emploi en France. Une augmentation de 1,5% en octobre dans la catégorie A. C'est le plus haut niveau depuis plus de 14 ans.

Les précisions de Véronique Julia

Pôle Emploi recense 45 400 chômeurs supplémentaires dans la catégorie A (sans activité même réduite), en octobre pour la France métropolitaine. C'est une augmentation de 10,6% sur un an. Parmi les "motifs d'entrée", les licenciements économiques ont progressé de 12,7% sur un mois, la hausse la plus forte parmi les inscriptions. Et les principaux concernés sont les plus de 50 ans. Leurs inscriptions ont progressé de 1,9%.

Malgré ces très mauvais chiffres, le gouvernement maintient son objectif d'inverser "d'ici la fin de l'année prochaine", cette "dégradation, qui continue depuis 18 mois", et "qui s'inscrit dans une tendance lourde depuis 2008", selon un communiqué du ministère du Travail. "Cette séquence négative des chiffres du chômage renforce notre détermination à agir, tous ensemble, pour en inverser la courbe d'ici la fin de l'année prochaine", déclare ainsi Michel Sapin.

Près de 5 millions de chômeurs et travailleurs précaires

Fin octobre, la France métropolitaine comptait 3.103.300 chômeurs de catégorie A, et 4.587.000 en y ajoutant les catégories B et C, c'est-à-dire les personnes inscrites à Pôle emploi, exerçant un travail précaire (plus ou moins de 78 heures dans le mois), et tenues de faire des recherches d'emploi. Pour les catégories A, B et C prises ensemble, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits a progressé de 1,6% en octobre (+71.500) et de 9,4% en un an. En comptant les DOM, la hausse est de 1,5% sur les trois catégories sur un mois et la France entière comptait fin octobre 4.870.800 chômeurs, dont 3.352.700 pour la seule catégorie A.

En prenant uniquement en compte les personnes sans aucune activité pour la catégorie A en France métropolitaine, la hausse la plus forte concerne les demandeurs d'emploi de 50 ans et plus avec une progression de 1,9%, et de 17,6% sur un an. Viennent ensuite les chômeurs de 25 à 49 ans (+1,6% sur un mois, +8,4% sur un an), et les moins de 25 ans avec une hausse de 0,5% en octobre et de 10,5% sur une année.

Explosion du chômage de longue durée

Le chômage de longue durée connait lui aussi une poussée impressionnante avec une hausse générale de 1,5% sur un mois pour les personnes inscrites depuis un an ou plus à Pôle emploi (11,5% sur un an). Et si l'on prend uniquement les chômeurs inscrits depuis 3 ans et plus, la hausse atteint 1,8% en octobre et 20,4% sur une année.

Parmi les entrées à Pôle emploi, les licenciements économiques ont progressé de 12,7% sur un mois, suivis des fins de mission d'intérim (+7,2%) et des fins de contrats à durée déterminée (+6%). Les fins de CDD représentent 26,3% des motifs d'entrée, suivi des fins de mission d'intérim (6,2%), et des licenciements économiques (2,4%).

Selon le ministère du Travail, "les mesures du gouvernement mises en place depuis quelques mois, ou en cours de négociation (...) n'ont pu encore produire de premiers effets".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.