L’UE a finalement décidé ce lundi 29 janvier de suspendre le mécanisme d’achat de lait écrémé en poudre. Selon ce mécanisme, l’UE devait acheter 109 000 tonnes au 1er mars prochain.

 Le ministre de l'agriculture Stéphane Travert est attendu à Bruxelles ce lundi pour un conseil de l'agriculture sur le sujet.
Le ministre de l'agriculture Stéphane Travert est attendu à Bruxelles ce lundi pour un conseil de l'agriculture sur le sujet. © AFP / Thomas Samson

Le conseil, sur proposition de la Commission a accepté d’abaisser à zéro le seuil d’intervention. La commission n’a en revanche pas donné d’informations concernant le stock de 379 000 tonnes de lait en poudre entreposées un peu partout en Europe.Ce sont 379 000 tonnes de lait en poudre exactement stockées par l'Europe depuis 2015 pour résorber la crise laitière.    Le ministre de l'agriculture Stéphane Travert est attendu à Bruxelles aujourd'hui pour un conseil de l'agriculture sur le sujet. 

En 2015 , après la fin des quotas laitiers, l'Europe achète pour 650 millions d'Euros cet énorme stock de lait en poudre. L'idée est de stabiliser le marché puis de revendre dès qu'il se redresse. 

Bruxelles attend encore et encore mais les prix n'augmentent plus. Pour André Bonnard, secrétaire général de la fédération nationale des producteurs de lait, il est grand temps maintenant de se débarrasser de cette surproduction : "il y a des pays qui sont demandeurs de lait en poudre pour de l'aide humanitaire. Cela ne rapporterait pas d'argent à l'UE mais cela empêcherait les gens de mourir de faim. L’UE peut aussi décider de vendre ça pour l'alimentation animale mais dans tous les cas, l'Union ne peut pas stocker cela indéfiniment. "

La réorientation de ces milliers de tonnes de lait en poudre en direction de la consommation animale, cela permettrait à l'Europe de mieux maîtriser l'offre mais il faut agir vite estime Eric Andrieux, député européen PS et vice-président de la Commission agriculture, "La commission doit réfléchir au meilleur moment pour articuler l'aide à la réduction de la production laitière sinon on va exacerber la crise dès le printemps 2018".

Les producteurs laitiers guetteront avec attention ce lundi la position du ministre Français de l'agriculture Stéphane Travers. Leur grande crainte  est que les lobbys de l'industrie laitière comme LACTALIS obtiennent une remise pur et simple sur le marché., avec à la clé très probablement des prix en chute libre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.