L'enquête est signée France Stratégie. Un salarié peut espérer multiplier par 1,7 son salaire au cours de sa carrière. À 60 ans, les hommes gagnent 30% de plus que le salaire moyen, seulement 10% de plus pour les femmes.

Encore beaucoup de différences sur la fiche de paie selon qu'on est un homme ou une femme
Encore beaucoup de différences sur la fiche de paie selon qu'on est un homme ou une femme © AFP / PHILIPPE HUGUEN

C'est une enquête inédite, qui s'appuie sur les études de l'INSEE entre 1990 et 2014. On y apprend que globalement, les salaires ont bien tendance à augmenter avec l'âge et avec le diplôme, et que les femmes commencent tout juste à rattraper leur retard.

1 350 euros en début de carrière, 2 300 en fin de carrière

C'est une moyenne observée tous sexes confondus. La trajectoire normale veut qu'un salaire démarre autour de 1 350 euros par mois à 25 ans, puis progresse rapidement pendant 10 ans pour stagner autour de 2 000 euros, avant d'accélérer de nouveau sur les 10 dernières années pour culminer, en moyenne, à 2 300 euros.

Au cours de sa carrière, un salarié peut donc espérer multiplier par 1,7 son salaire.

À 25 ans, un salaire équivalent à 70% du salaire moyen

Les jeunes travailleurs débutent donc leur carrière en gagnant 30% de moins que l'ensemble des salariés. C'est à 30 ans qu'on égale, en moyenne, le salaire moyen, avant de le dépasser de 10% à 40 ans et de 20% à 60 ans.

Les femmes toujours discriminées

Le phénomène est connu, les femmes gagnent moins que les hommes. À 40 ans par exemple, les hommes dépassent de 20% le salaire moyen quand les femmes ne font que l'égaler. Mais "l'écart est peut-être en train de se réduire", observe France Stratégie, qui note la présence accrue de femmes aux postes hautement qualifiés et dans des secteurs plus dynamiques que l'industrie ou le bâtiment, où les hommes sont sur-représentés.

Les diplômés mieux payés que la moyenne, mais moins bien qu'avant

Pour France Stratégie, c'est une conséquence de la massification des études supérieures (il y a deux fois plus de diplômés du supérieur qu'il y a 20 ans) : les diplômes sont moins valorisés et les bacheliers de moins de 30 ans gagnent moins aujourd'hui qu'il y a 10 ans.

De plus, le niveau de salaire des moins diplômés s'est globalement maintenu. Le SMIC a sans doute joué un rôle protecteur, analysent les enquêteurs.

Cela dit, plus la carrière avance, plus les diplômés s'enrichissent. A 50 ans, ils gagnent en moyenne 1 000 euros de plus par mois que les salariés peu ou pas diplômés.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.