Les militants CGT manifestent pour soutenir des salariés d'Air France
Les militants CGT manifestent pour soutenir des salariés d'Air France © MaxPPP

La conférence sociale pour l’emploi instaurée par François Hollande réunissant gouvernement, patronat et syndicats, s’ouvre ce matin dans un climat tendu et en l’absence de la CGT, pour cause de conflit à Air France.

Ces rencontres entre partenaires sociaux se déroulent à huis clos. Le président interviendra en fin de matinée devant l'ensemble des participants réunis au Conseil économique social et environnemental (Cese).

Une conférence sur l'emploi qui ne parle pas d'emploi

La rencontre, contrairement à ce que peut laisser entendre son nom, la quatrième du genre, ne porte pas sur l'emploi malgré un chômage record. Information majeure, la CGT, premier syndicat français, ne viendra pas. La centrale dénonce notamment l'attitude du Premier ministre qui "s'entête à ignorer les salariés" dans le conflit à Air France.

Manuel Valls a réagi de son côté en estimant que "quand on ne participe pas à la conférence sociale, quand on ne serre pas la main du président de la République, on fait croire que le dialogue social est mort", en référence au syndicaliste CGT de STX qui a refusé de serrer la main de François Hollande la semaine dernière.

"Lynchage des salariés d'Air France"

Solidaires est aussi absent "en raison du lynchage des salariés d'Air France" et du passage en force du gouvernement sur la rémunération des fonctionnaires fin septembre. Les syndicats CFDT, CFTC, Unsa et CFE-CGC sont présents de même que Force ouvrière et les organisations patronales (Medef, CGPME, UPA).

"Le syndicalisme, ce n'est pas que la CGT, c'est aussi les autres organisations syndicales", s'est agacé samedi sur Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT.

Aller à la conférence sociale, ce n'est pas être le bisounours de service", a-t-il lancé,

jugeant le dialogue social "absolument indispensable". Alors que s’ouvre cette conférence, une nouvelle crise s’ouvre dans l’un des dossiers les plus tendu du moment en matière de dialogue social. Le PDG d’air France a annoncé ce dimanche soir la suppression de 1.000 emplois en 2016 au sein de l’entreprise.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.