Des salariés de Bricorama
Des salariés de Bricorama © MaxPPP/IP3/Christophe Morin

La cour d'appel de Paris a autorisé mardi les enseignes de bricolage Leroy Merlin et Castorama à rouvrir leurs magasins franciliens le dimanche.

Le 26 septembre, le tribunal de commerce de Bobigny avait condamné les deux enseignes à fermer quinze de leurs magasins en Ile-de-France, à la suite d'une plainte de leur concurrent Bricorama.

La décision était assortie d'une astreinte de 120.000 euros par magasin et par dimanche ouvert. A l'exception du Castorama de Villetaneuse, tous les magasins avaient bravé l'injonction de fermeture, usant d'autorisations spéciales des maires ou des préfets ou de leur droit légal à rester ouvert cinq dimanches par an.

Bricorama avait porté plainte contre ses concurrents après s'être lui même vu interdire en début d'année par la justice d'ouvrir une trentaine de ses magasins d'Ile-de-France, dans le cadre d'une procédure engagée par le syndicat Force Ouvrière.

La décision de la Cour d'appel ne met pas fin pour autant à la bataille judiciaire entre enseignes: une autre audience sur le fond de l'affaire, est d'ores et déjà prévue le 22 novembre à Bobigny.

Soulagèment, mais un problème qui n'est pas réglé dit Gérald Fillon du Collectif des Bricoleurs du Dimanche, soutenu par les deux enseignes. Il répond à Philippe Lefébure.

Le dimanche, on doit être tous ouverts ou tous fermés

Pour le PDG de Bricorama, la décision rendue par la cour d'appel est "totalement incompréhensible". Jean-Claude Bourrelier, a dénoncé ce matin sur France Inter une concurrence déloyale et a réclamé que les enseignes de bricolage soient "toutes ouvertes ou toutes fermées".

Bricorama comme Castorama ont souligné que la seule façon de clore définitivement les procédures judiciaires et l'épineuse polémique autour des ouvertures dominicales, serait que le gouvernement modifie la loi.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.