la russie sceptique sur une éventuelle annulation de la vente des mistral par la france
la russie sceptique sur une éventuelle annulation de la vente des mistral par la france © reuters
**Alors que Paris conditionne la livraison des porte-hélicoptère à "l'attitude de la Russie" dans la crise ukrainienne, Moscou fait savoir qu'il ne règlera la facture qu'à la livraison du deuxième bâtiment.** La Russie a signé en 2011 un contrat d'achat à la France de deux navires de guerre Mistral pour 1,2 milliard d'euros. Alors que Vladimir Poutine a averti la France que la Russie "ferait valoir ses droits jusqu'au bout" en cas de rupture du contrat, fin juillet, François Hollande a confirmé que le premier porte-hélicoptères serait livré comme prévu en octobre 2014, mais le président a fait dépendre la livraison du second bâtiment "de l'attitude de la Russie". La réponse de Moscou est arrivée ce mardi par la voix du directeur du groupe public d'armement russe : "Le paiement final, en accord avec le contrat signé, sera effectué en novembre 2015 après la livraison du second navire". ### "Il faut finir la construction de ces deux bâteaux" Les deux porte hélicopteres sont en construction chez STX, à Saint-Nazaire. Le premier livrable à l'automne, le second en 2015. Saint Nazaire où les salariés regardent tout ça avec angoisse puisque de ce contrat dépend l'activité de 500 à 600 travailleurs de STX et de la sous-traitance. **Nathalie Durand-Prinborgne, secrétaire de la section navale FO Saint-Nazaire**
### La position française critiquée La crise en Ukraine, puis la destruction en vol, le 17 juillet, par un missile au-dessus d'une zone rebelle d'un avion malaisien avec 298 personnes à son bord, a mis Paris en porte-à-faux face à ses partenaires. Les Etats-Unis ont qualifié la livraison des Mistral de "totalement inappropriée". L'Ukraine a de son côté rappelé à la France qu'il serait inopportun, selon elle, d'honorer son contrat de vente > Nous estimons que le prix de la sécurité internationale, des valeurs démocratiques et des vies humaines est beaucoup plus élevé qu'un milliard de dollars. L'Union européenne a lancé début août une troisième salve de sanctions à l'encontre de Moscou. Elles barrent la route aux exportations européennes d'armements vers la Russie mais ne portent pas sur les contrats déjà signés. L'allemagne espére que les Européens interdiront de manière rétroactive les livraisons d'armement à Moscou. Berlin a donné l'exemple, le gouvernement allemand a bloqué un gros projet militaire du groupe de défense Rheinmetall en Russie consistant en un camp d'entraînement entièrement équipé pour former des dizaines de milliers de soldats russes qui devait ouvrir cette année. La presse évoque un montant de 100 millions d'euros.
Le navire Mistral
Le navire Mistral © ide
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.