Les docuemnts de Mossak Fonseca à l'origine des Panama papers
Les docuemnts de Mossak Fonseca à l'origine des Panama papers © MaxPPP

L'onde de choc des Panama papers est de portée mondiale. Plusieurs pays, dont la France, annoncent des enquêtes. Les personnes et sociétés visées, elles, rejettent les accusations et jouent la légalité.

La liste du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) lève le voile sur un vaste système d'évasion fiscale impliquant politiques, sportifs, artistes ou milliardaires.

C'est le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung qui a obtenu le premier les documents cryptés, transmis par un lanceur d'alerte dont l'identité est secrète. Puis le Consortium international des journalistes d'investigation a planché pendant deux ans, aboutissant aux révélations des Panama papers ce lundi à l'échelle mondiale.

A travers le monde, plus de214 000 entités offshore sont impliquées dans les opérations financières dans plus de 200 pays et territoires selon les révélations du consortium, qui couvrent une période de près de quarante ans allant de 1977 à 2015. Pour le cabinet d'avocats Mossack Fonseca , leur publication est un "crime" et une "attaque" contre le Panama.

Plusieurs pays ouvrent des enquêtes

Plusieurs pays ont ouvert des enquêtes pour blanchiment après les révélations de l'opération "Panama papers". A commencer par le Panama lui-même . La justice française a ouvert une enquête pour "blanchiment de fraudes fiscales aggravées ", les pratiques dévoilées étant "susceptibles de concerner des résidents fiscaux français".

►►►Michel Sapin, le ministre de l'Économie et des Finances, annonce que le Panama est à nouveau inscrit sur sa liste noire des paradis fiscaux .

En **Espagne** , la justice mais aussi le fisc ont ouvert des enquêtes, et le **fisc néerlandais** promet de s'intéresser aux possibles cas d'évasion fiscale. **L'Australie** a lancé des investigations sur 800 clients de Mossack Fonseca. Une dizaine de **banques** auraient alimenté la pompe fiscale au Panama. ### La Société générale visée Selon le Consortium international des journalistes d'investigation, la Société générale est la premiere banque française dans ce classement ayant facilité l'évasion fiscale. La Société générale réalise un tiers de ses bénéfices internationaux dans des paradis fiscaux, soit **un milliard 300 millions de bénéfices** réalisés dans ces paradis fiscaux (dont près de la moitié au Luxembourg). L'information est publique et porte sur l'année 2014 mais impossible jusqu'ici de connaitre le nom des clients qu'elle dirige vers ces société écrans. **Credit Suisse et HSBC** , deux des plus gros gérants de fortune au monde, ont démenti avoir recours à des structures offshore dans le but d'aider leurs clients à se soustraire à l'impôt.
Les banques les plus citées dans Panama papers
Les banques les plus citées dans Panama papers © Radio France
Des ONG comme OXFAM demande **un nouvel arsenal juridique** faute de quoi il sera très difficile de faire condamner une banque ayant recours à ce genre de pratiques. ### L'Islande dans la tourmente Le Premier ministre islandais Sigmundur Gunnlaugsson est en première ligne dans cette affaire. Il aurait créé une société dans les îles Vierges britanniques pour y cacher des millions L'opposition islandaise réclame la démission du gouvernement et dépose une motion de censure après la publication de documents selon lesquels l'épouse du Premier ministre possède une société enregistrée au Panama qui détient des créances sur des banques renflouées par l'Etat. Le ministre des finances est aussi accusé d'avoir eu un compte off shore non déclaré. Entre 10 et 20 000 manifestants casseroles en mains ont réclamé la démission du Premier ministre. **Il a affirmé qu'il n'avait pas l'intention de démissionner.** ### Messi et Almodovar se défendent Dans un communiqué, la famille de l'attaquant argentin du FC Barcelone Lionel Messi affirme que son compte au Panama n'a jamais eu de fonds. > Les accusations d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent sont fausses et diffamatoires, assure la famille Messi dans un communiqué. La société panaméenne à laquelle ces informations font référence est une société totalement inactive, qui n’a jamais eu de fonds, ni de comptes courants ouverts, poursuit-elle. Lionel Messi s'insurge contre des "accusations injurieuses" et a démenti toute évasion fiscale. Il affirme que la société panaméenne a été créée par d'anciens conseillers fiscaux de sa famille. Les noms de Pedro Almodóvar et de son frère le producteur **Agustin Almodovar** apparaissent dans les Panama Papers derrière la société Glen Valley Corporation, enregistrée dans les îles Vierges britanniques en 1991. Un porte-parole du producteur, cité par _El Mundo_ , a simplement expliqué: > La société de production El Deseo tout comme Pedro et Agustin Almodóvar sont individuellement à jour de toutes obligations fiscales, affirme le porte-parole d'Agustin Almodovar. ### La Russie crie au complot Des proches de **Vladimir Poutine** sont accusés d'avoir détourné jusqu'à 2 milliards de dollars. Mais Moscou attaque fort et vise directement les Etats-Unis qui cherchent à destabiliser la Russie. Selon l'entourage de Vladimir Poutine, l'enquête a été menée notamment par des "anciens employés du département d'Etat, de la CIA et des services secrets" et compte plein d'"inventions", a accusé un porte-parole. ### Plusieurs pays jouent la carte de la légalité En **Ukraine** , le président Petro Porochenko ne nie pas l'existence de comptes aux îles Vierges Britanniques, mais assure **respecter la lo** i à la lettre.En **Argentine** , le président Mauricio Macri, cité comme directeur d'une entreprise basée aux Bahamas, a lui aussi nié toute irrégularité. Il plaide une "affaire privée"Également mise en cause pour des biens immobiliers à Londres gérés via le cabinet panaméen, la famille du **Premier ministre pakistanais** Nawaz Sharif s'est défendue de tout acte illégal. ### Certains préfèrent le silence Le roi du**Maroc** et celui **d'Arabie Saoudite** ont, eux, préféré, ne pas réagir et faire l'autruche après que leurs noms aient été dévoilées dans la presse.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.