Le tourisme de masse est-il en train de devenir indésirable ? En Europe, mouvements d'humeur ou mesures réglementaires se multiplient pour essayer de contenir les mauvaises habitudes des touristes et limiter les dégâts causés par la surpopulation de vacanciers.

Amsterdam, été 2019
Amsterdam, été 2019 © AFP / .

L'hallali du tourisme de masse aurait-il sonné ? Nuisances, flambée des prix de l’immobilier, pollution : dans toutes les grandes villes et grands lieux touristiques d'Europe, les mêmes critiques sont dirigées contre les vacanciers. 

La bulle touristique espagnole

En Espagne, des activistes d'extrême-gauche sont allés jusqu'à vandaliser les voitures de location à Palma de Majorque, la capitale des îles Baléares. L'île compterait en ce moment environ 100 000 voitures louées par les vacanciers. Le Consorci de Turisme (Consortium du tourisme) est pointé du doigt en tant que principal acteur de la massification du tourisme. La bulle touristique explosera-t-elle ? En attendant, elle crée du mécontentement. 

L'augmentation constante du nombre de touristes en Espagne depuis 2015
L'augmentation constante du nombre de touristes en Espagne depuis 2015 © Visactu / .

À Paris, appel à la tranquillité

Les panneaux d'affichage numériques de la capitale diffusent un message en anglais et en espagnol pour signaler que le tapage sur la voie publique est puni d'une amende de 68 euros. Il s'agit de faire comprendre que le calme fait aussi partie de la qualité de vie. Les candidats à la mairie de Paris promettent aussi d'éloigner les cars de tourisme le plus possible, et de préserver le petit commerce, déjà fragilisé, notamment par le remplacement des boutiques par quelques 400 magasins de souvenirs. 

À Marseille, en Corse et même dans les campagnes

Croisières, pollution, Airbnb, spéculation immobilière :  "Marseille dans les mâchoires du tourisme de masse", titre L'Humanité, ce vendredi 16 août. Une habitante du quartier d'Endoume raconte son petit coin de paradis marseillais devenu pour elle un enfer : des capotes, des excréments ? Que va-t-elle trouver en sortant de chez elle le matin ? Telle est son interrogation quotidienne. Aux mâchoires du tourisme de masse, les Corses veulent répondre par celles de leurs chiens, à l'image de cet internaute qui annonce que sur l'île de Beauté, les chiens mangent les touristes. 

Le mot-dièse #Nevenezpas fait flores sur Twitter, pour dénoncer mauvaises habitudes, risques inconsidérés, négligences des vacanciers. Au-delà, la pression touristique est aussi un enjeu économique. La Corse, avec ses 3 millions de touristes, fonctionne sur une économie saisonnière. 

Certains déversent donc leur ras-bol dans des messages sur les réseaux sociaux, drôles, cruels ou parfois insultants et ne manquent pas de répondre à ceux qui critiquent la Corse. 

Village français, "à vos risques et périls"

À Saint-André-de-Valborgne, les nouveaux venus dans le Gard sont prévenus par un panneau dès l'entrée du village : “Vous pénétrez à vos risques et périls” dans un “village français”. La photo du panneau, publiée le 5 juillet par le maire, Régis Bourelly, sur son compte Facebook, a été partagée plus de 30 000 fois.

Le gouvernement italien essaie de changer les règles du jeu

À Rome, les autorités italiennes ont décidé de mettre de la discipline dans les comportements des badauds. Plus question de s'asseoir sur les monuments ou sur les escaliers de la Place d'Espagne par exemple. Les agents usent de leurs sifflets pour faire lever tout le monde. Les amendes vont de 100 à 400 euros, pour tout comportement inapproprié. Une mesure pour la préservation du patrimoine très critiquée par les touristes, espagnols notamment.

Venise coulera-t-elle sous le poids des touristes ? Cela fait un moment maintenant que le sujet est au cœur de l'actualité dans cette partie de l'Italie. La cité lacustre compte 500 vacanciers pour 1 habitant. L'éloignement des paquebots de croisière est au programme des politiques, sous la pression de la population.  

Le ministre des Transports vient de décider de les repousser vers des docks qui se trouvent sur le continent. À terme, un nouveau terminal maritime sera construit pour accueillir les 600 bateaux qui amènent les visiteurs chaque année. Le 1er août, Venise a lancé un appel aux autres ports historiques européens prisés par les croisiéristes --comme Amsterdam, Barcelone, Dubrovnik ou Marseille - à unir leurs forces contre les multiples dangers que représentent les paquebots géants.

À Dubrovnick, en Croatie, l'Unesco voudrait suspendre le classement des remparts si le nombre de touristes ne baisse pas. La croissance de la fréquentation touristique sur place est due pour moitié au succès de la série Game of Thrones. Plusieurs scènes ont été tournées dans la vieille ville et aux alentours. 

Aux Pays-Bas, Amsterdam commence à s'agacer du nombre de touristes, plus nombreux que les habitants à certains moments de l'année. La ville a donc décrété la limitation des locations de péniches transformées en hôtels. 

Si la planète compte près de 8 milliards d'habitants, elle recèle parmi eux 1,3 milliard d'individus qui se transforment en touristes chaque année. Pour l'instant, l'Organisation Mondiale du Tourisme ne voit pas venir de baisse. Les touristes sont de plus en plus nombreux, malgré les fluctuations d'une année sur l'autre sur certains sites. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.