La Seine en crue en 2001
La Seine en crue en 2001 © MaxPPP

Pendant douze jours, Paris et l'île de France vont jouer à se faire peur. Et si demain une crue comme celle de 1910 recommençait ? Et si le zouave du Pont de l'Alma se retrouvait dans l'eau, jusqu'aux épaules ? Le scénario a une chance sur 100 de se produire chaque année, 87 institutions et entreprises vont donc se préparer, comme si on y était.

En 1910, la Seine était montée à 8,62 mètres. Une quarantaine de kilomètres de rue étaient inondées, les égouts saturés et le zouave du pont de l'Alma avait de l'eau jusqu'au cou.

Si la Seine montait aussi haut aujourd'hui, 830 000 franciliens se trouveraient les pieds dans l'eau et cinq millions en tout seraient concernés soit par des coupures d'électricité, l'impossibilité d'aller au travail, etc… L'OCDE évalue à 30 milliards d'euros le coût immédiat pour l'économie française.

"Que d'eau ! Que d'eau !"

Il ne suffira donc pas de s'exclamer "Que d'eau ! Que d'eau !" comme le comte de Mac Mahon en 1875. Pendant douze jours, à partir de ce lundi, la région parisienne va se préparer avec des exercices grandeur nature appelés "plan Séquana." Neuf cents sauveteurs seront mobilisés de France et de l'étranger tout commec quatre hélicoptères venus de chez nos voisins espagnols, italiens, belges et tchèques. En tout, 87 entreprises et institutions participent. La RATP, par exemple, stocke d'importantes quantités de bétons en région parisienne pour pouvoir murer les entrées de certaines stations de métro et ainsi les protéger. Inaccessibles pendant la crue, elles pourront rouvrir rapidement dès le début de la décrue.

Radio France aussi, en bordure de Seine, participe aux premiers exercices de préparation. Ce week-end, sept sites seront installés en Ile de France pour sensibiliser le public. Parmi les consignes à retenir : ne pas mettre les mains dans l'eau, pendant la crue, elle peut être porteuse de bactéries.

Et est-ce que votre travail ou votre domicile sera sous l'eau ? Réponse ici.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.