orange poursuit les négociations en vue d’une cession de dailymotion
orange poursuit les négociations en vue d’une cession de dailymotion © reuters

Le PDG d'Orange, Stéphane Richard, a confirmé ce mardi qu'il cherchait à vendre 49% de son site de vidéos Dailymotion. L'opérateur français de télécommunications est entré en discussions avec le groupe hongkongais PCCW.

L'information avait fuité samedi dernier dans le Wall Street Journal : Orange pourrait vendre 49% de sa pépite française Dailymotion au géant PCCW. Si le groupe de télécommunications refuse de parler de "négociations exclusives", son PDG Stéphane Richard a confirmé ce mardi que des discussions étaient bel et bien engagées :

Il n'y a pas d'avenir franco-français à Dailymotion. Tout le monde peut comprendre que Dailymotion s'adresse au marché global : la France ne représente que 20% du chiffre d'affaires de la société. Par ailleurs, Dailymotion ne doit pas complètement décrocher face à sa YouTube. Ce que nous voulons faire, c'est trouver le ou les bons partenaires pour permettre à Dailymotion d'accélérer son développement mondial (...) d'où l'intérêt des discussions avec le groupe de Hong-Kong.

(Propos recueillis par Hélène Chevallier)

PCCW est un "partenaire attractif", a ajouté Stéphane Richard, tout en précisant qu'Orange comptait bien "rester un actionnaire de référence" au sein de Dailymotion.

Axelle Lemaire ne s'y opposera pas

Au printemps 2013, le site de partage de vidéos avait fait l'objet d'un intérêt prononcé de Yahoo! qui souhaitait racheter 75% de son capital, avec une option pour monter à 100%, mais le gouvernement français, par la voix de son ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, s'était alors opposé à la vente, refusant que l'opération porte sur plus de 50% du capital.

La secrétaire d'État au numérique Axelle Lemaire s'était déclarée mi-novembre ouverte à l'entrée d'un investisseur étranger au capital de la filiale d'Orange. Elle avait appelé "à éviter à tout prix" une nouvelle "affaire Dailymotion" en référence à la polémique déclenchée par le véto d'Arnaud Montebourg au projet de rachat du service de vidéo en ligne par le groupe américain Yahoo!.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.