Pascal Nègre quitte la tête d'Universal France
Pascal Nègre quitte la tête d'Universal France © MaxPPP

L’emblématique patron de la plus grosse maison de disque en France vient d’être remercié après 21 ans de carrière au sein d’Universal. Après Canal + , c’est une nouvelle étape de la stratégie du "coup de balai" pratiquée par Vincent Bolloré, à la tête de Vivendi et actionnaire principal d’Universal.

Le contrat de Pascal Nègre était arrivé à échéance fin 2015, mais c’est surtout un désaccord interne qui aurait l’aurait poussé dehors. La direction d’Universal Music souhaitait lui imposer Olivier Nusse, patron du label Mercury , (finalement choisi pour lui succéder) mais Pascal Nègre, figure du producteur à l'ancienne, n’était pas d’accord : la sanction -le licenciement- a été immédiate.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Des dirigeants soigneusement choisi dans son entourage

Perdre sa place, c'est ce qui est arrivé l'été dernier au numéro deux de Canal Plus, Rodolphe Belmer, aussitôt remplacé par un proche de Vincent Bolloré. L'une des habitudes de l’industriel breton, lorsqu’il rachète une entreprise, c’est d'y placer ses hommes. A Canal +, beaucoup en ont fait les frais : en seulement six mois, l’Etat-Major du groupe a été largement renouvelé . Selon une information du site Les Jours, un tiers des cadres aurait été remercié. Une purge à 29 millions d'euros.

Cette stratégie expliquerait en partie pourquoi le groupe s'est fait déposséder en novembre du championnat de foot anglais par Altice : les employés chargés de négocier depuis des années les droits du foot ne faisaient tout simplement plus partie de l’équipe .

C’est dans ce contexte que l’annonce de l’accord sur la diffusion exclusive de BeInSport, révélé hier, prend tout son sens : tenter de reprendre la main côté offre sportive et peut-être stopper l'hémorragie des abonnés. Selon BFM Business, entre juillet et décembre 2015, 280 000 spectateurs ont résilié leur abonnement.