Sept mois après son arrivée à la tête du syndicat FO, Pascal Pavageau est sur la sellette, après la révélation de fichiers internes comportant des commentaires sur les cadres du syndicat. Mercredi, une réunion devrait voir une majorité de membres influents demander sa démission.

Pascal Pavageau, le 30 août dernier à Matignon
Pascal Pavageau, le 30 août dernier à Matignon © AFP / Bertrand Guay

Empêtré dans une affaire de fichage de 120 cadres du syndicat, combien de temps Pascal Pavageau va-t-il tenir à la tête de Force ouvrière ? La direction du syndicat a gardé le silence lundi, alors que les proches de l'actuel secrétaire général ont indiqué qu'il "ne va pas bien (...), il est en arrêt maladie". Son absence a entraîné l'annulation de la traditionnelle réunion hebdomadaire du bureau confédéral de FO. 

En cause, un fichier interne révélé la semaine dernière par Le Canard Enchaîné, dans lequel plusieurs cadres de FO se sont vus affublés de qualificatifs comme "niais", "trop intelligent pour entrer au bureau confédéral", ou encore "franc-maçon". Dimanche, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a déclaré sur France Inter ne pas vouloir "travailler avec des méthodes comme ça", ajoutant que selon elle "on ne peut pas accepter que ce qui est Force ouvrière soit complètement déformé". En interne, une source ajoute : 

On est la risée de tout le monde ! On ne peut pas se permettre d'avoir quelqu'un à la tête de FO avec une casserole pareille. 

Pascal Pavageau a annulé et reporté à la fin du mois une réunion prévue mercredi - espérant, selon une autre source interne, pouvoir engager des pourparlers avec "les cadres qui ont été vexés par le fichier". Pourtant, ce mercredi, la réunion devrait bien se tenir en son absence, mais en présence d'une trentaine de membres du bureau confédéral.

Vers une démission ?

Or plusieurs sources internes affirment avec certitude qu'une grande majorité des personnes présentes devraient réclamer sa démission. Pour le secrétaire général de la branche agroalimentaire, hôtellerie et distribution Dejan Terglav :

Soit il démissionne, soit il nous donne des explications (mais je ne vois pas en quoi ça peut changer les choses), soit on le démissionne.

Celui qui assurait en fin de semaine dernière ne pas avoir constaté que "ça perturbe" en interne pourrait donc se retrouver éjecté de son poste une semaine seulement après la révélation de l'affaire. "Lorsqu'on n'est pas conforme à l'éthique qu'on s'est fixée, il faut partir", a également estimé Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, sur franceinfo lundi. 

Dissensions internes

Pascal Pavageau pourrait ainsi faire les frais des dissensions qui traversent FO depuis son arrivée à la tête du syndicat il y a sept mois à la place de Jean-Claude Mailly. Alors que le précédent secrétaire général avait joué l'apaisement avec le gouvernement et refusé de défiler contre les ordonnances sur le code du travail en 2017, Pascal Pavageau s'est à nouveau allié à la CGT, et a organisé deux manifestations interprofessionnelles et, donc, intersyndicales. 

Force Ouvrière est donc aujourd'hui divisé entre les partisans de la ligne réformiste du syndicat, qui l'inciterait à aller dans le sens du gouvernement sur la réforme des retraites, et ceux, plus offensifs, partisans de Pavageau.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.