Selon un rapport de l'observatoire de la petite entreprise, moins d'une TPE ou PME sur deux a vu son chiffre d'affaires augmenter par rapport à l'an dernier.

Les magasins d'électroménager sont ceux qui enregistrent la plus grosse progression de leur chiffre d'affaires en 2016
Les magasins d'électroménager sont ceux qui enregistrent la plus grosse progression de leur chiffre d'affaires en 2016 © AFP / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

"Un peu essoufflées, mais toujours dans la course" : c'est ce qu'annonce le rapport de l'Observatoire de la petite entreprise publié ce mardi. Ce document, produit conjointement par la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA) et la Banque Populaire, fait l'état de la santé des petites entreprises au terme de l'année 2016 : sur l'année passée, 48% des TPE ont vu leur chiffre d'affaires augmenter par rapport à 2015. C'est mieux qu'en 2015 où 43% des entreprises avaient connu une progression de leur CA sur un an.

L'électroménager en bonne position

Parmi les rares secteurs qui tirent leur épingle du jeu, l'électroménager est celui qui s'en sort le mieux, avec un chiffre d'affaires en progression de 5,8% par rapport à 2015 (alors qu'il avait perdu 2,7% en 2015 par rapport à 2014). Suit le commerce de cycles qui progresse de 2,5%, porté par le marché du vélo à assistance électrique, et les taxis et ambulances qui gagnent 1,8%.

Les Français n'hésitent pas s'équiper, mais sont moins prompts à s'habiller : les magasins de prêt-à-porter ont perdu 4% de chiffre d'affaires ; ceux de chaussures 5,5%. Mais ce sont les agences immobilières qui ont le plus souffert en 2016, avec une baisse de 7,1% par rapport à l'année dernière.

Effet présidentielle

Globalement, la croissance du chiffre d'affaires des TPE et PME tend à se stabiliser, même si elle ne redevient pas positive : -0,6% par rapport à 2015, contre -1,7% en 2015 par rapport à 2014. Pour expliquer ces résultats, l'observatoire pointe du doigt un effet "attentats" toujours présent en début d'année, mais explique aussi ce ralentissement de l'activité par l'attentisme qu'entraîne l'approche de l'élection présidentielle : les Français hésitent à acheter et à investir.

Le rapport souligne les difficultés de l'artisanat du bâtiment, dont le chiffre d'affaires est en baisse pour la troisième année consécutive. Inversement, dans le commerce, la situation se rapproche de l'équilibre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.