carlos tavares va devenir numéro 2 chez psa
carlos tavares va devenir numéro 2 chez psa © reuters

Le débat est engagé sur le salaire du président du directoire du groupe automobile PSA Peugeot Citroën. Carlos Tavares a gagné 5,24 millions d'euros en 2015, soit près du double de l'année précédente.

Le constructeur automobile a renoué en 2015 avec un bénéfice net après quatre années dans le rouge et a atteint en avance tous les objectifs de son plan de redressement économique, désormais terminé. Carlos Tavares a touché 5 millions 245 284 euros pour l'exercice 2015 (contre 2 millions 750 936 euros en 2014), selon les documents du groupe. Les objectifs du plan "Back in the race", à savoir la feuille de route 2014-2018 pour "accélérer la reconstruction du groupe" présentée en avril 2014 par Carlos Tavares "ont été réalisés dès 2015".

Carlos Tavares a rempli ses objectifs à 99%, selon le conseil de surveillance de PSA

Louis Gallois, président du conseil de surveillance de PSA, voit dans cette rémunération "une récompense pour le fantastique redressement de l'entreprise et la réussite du programme back in the race".

Sa rémunération peut paraître importante à beaucoup de gens, je le conçois, mais elle n'est pas disproportionnée du tout" par rapport à celles d'autres constructeurs automobiles français et du CAC 40, a déclaré Louis Gallois.

Argument du Medef : récompenser la réussite

Selon Pierre Gattaz, président du Medef, il faut "féliciter Carlos Tavares du redressement exceptionnel qu'il a fait de PSA."

Pour Pierre Gattaz, il faut savoir récompenser la réussite. Bravo à ce qu'a fait Carlos Tavares. Les salariés ont été récompensés par des primes d'intéressement. Il y a quelques années, PSA a été obligée de s'adosser à un actionnaire chinois, faisait des pertes, cinq milliards. Il a redressé en quelques mois cette société qui était en perdition, qui allait sur les rochers. C'est un cargo s'entousiasme Pierre Gattaz

De plus, Pierre Gattaz ne manque pas de rappeler que sur les cinq millions 245 284 euros perçus en 2015 par Carlos Tavares, un million 930 000 euros représentent une part variable et un million 300 000 euros sont une part fixe. Sa rémunération intègre aussi 130 000 actions attribuées au cours de l'exercice, et valorisées deux millions d'euros. Ces titres seront disponibles à compter du 31 mars 2019.

Gauche et syndicats vent debout

" On a licencié des gens, on n'a pas pu les reclasser, soit-disant parce qu'il n'y avait pas d'endroit pour les reclasser. Et maintenant on va redemander des efforts aux salariés."

En gros c'est le Smic à l'année, mais par jour. Ca n'a aucune justification. Aucune. Il n'a pris aucun risque. S'il se fait virer, il aura peut-être même un parachute doré. C'est indécent. (...) Je ne comprends pas qu'on n'en soit pas encore à limiter ces rémunérations alors que l'Etat est actionnaire s'insurge Julien Bayou, porte-parole d'Europe Écologie-Les Verts (EELV)

De leur coté, des syndicats de PSA Peugeot-Citroën jugent "exorbitante" voire "inacceptable" la rémunération du patron Carlos Tavares, qui a gagné "14.500 euros par jour" en 2015 selon la CGT. Ils réclament que les salariés soient davantage associés aux résultats du groupe.

L'Etat s'est opposé à cette augmentation

Les deux représentants de l'Etat au conseil d'administration de PSA Peugeot Citroën se sont opposés à cette hausse de la rémunération de Carlos Tavares. Pour le ministre de l'Economie Michel Sapin, cette augmentation est "dommageable".

Si nous étions dans une entreprise où l'Etat a 30%, ou 40%, ou 50% de participation, ça aurait bloqué, selon Michel Sapin sur France Inter, qui a regretté que les autres actionnaires n'aient pas adopté une position similaire.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.