La mairie de Paris vient de lancer une plateforme (un site web) d'échanges de logements entre locataires HLM. Un projet qui pourrait être plus efficace que la mesure du gouvernement obligeant un réexamen des situations individuelles tous les trois ans.

Paris lance une plate-forme d'échanges de logements sociaux.
Paris lance une plate-forme d'échanges de logements sociaux. © AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT

C'est peut-être LA bonne idée, celle qui permettra de fluidifier les parcours locatifs et de débloquer la mobilité à l'intérieur du parc social. Objectif de cette plateforme : accélérer les procédures de déménagement à l'intérieur du parc social, en permettant à ceux qui veulent bouger de trouver directement l'appartement qui leur convient. Une bourse aux logements, dédiée au secteur HLM.

► SUR LE WEB - Le site de la plateforme echangerhabiter.fr

Le principe est simple : faire se rencontrer deux types de demandes : celles de familles devenues nombreuses au fil des ans (qui occupent un appartement trop petit), et celles de locataires dont les enfants ont quitté le foyer (qui occupent des appartements trop grands). Le tout sous la forme d'une sorte de "site internet de rencontres" pour les échanges d'appartements possibles entre locataires, explique Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris en charge du dossier.

C'est un peu le Tinder du logement social. Trop souvent, nous faisions des propositions à des locataires HLM qui ne correspondaient pas à leur demande. Dans ce domaine, je crois plus à l'incitation qu'à la contrainte.

Un dispositif à la philosophie assez éloignée de la mesure gouvernementale récemment adoptée, de réexamen des situations individuelles des locataires tous les trois ans pour les inciter à bouger. Ce qui satisfait Eddie Jacquemart, le président de la Confédération Nationale des Locataires :

Si on veut de la mobilité dans le parc social, il faut qu'on puisse trouver chaussure à son pied plus facilement. Les personnes veulent bien bouger, à condition que ce soit pour quelque chose qui leur correspond.

Des échanges qui devront tout de même in fine être validés par les commissions d'attributions. Sur les 700.000 demandes de logement social en attente en Ile-de-France aujourd'hui, 30 % sont des demandes de mutation.

La plateforme ne concerne pour l'instant que Paris intramuros, mais devrait être prochainement étendue dans les prochains mois à l'ensemble de la région parisienne.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.