guichets de Pôle Emploi à Aubervilliers
guichets de Pôle Emploi à Aubervilliers © ISA HARSIN/SIPA

Il doit être dévoilé ce lundi matin par François Hollande, lors de ses vœux aux acteurs de l'entreprise et de l'emploi. Le plan prévoit notamment la formation de 500 000 chômeurs, un soutien accru à l'apprentissage et des aides à l'embauche pour les petites et moyennes entreprises.

Le 31 décembre dernier, lors de ses voeux le président lors de ses vœux aux Français, avait décrété l'état d'urgence économique et social et promis que la lutte contre le chômage restait sa "première priorité".

Le nouveau plan doit être présenté ce lundi, mais il a fait débat jusqu'au dernier moment : des arbitrages étaient encore en cours ce week-end même.

Dernière chance du quinquennat

Ce sont les dernières mesures, et donc la dernière chance pour la dernière année pleine avant la fin du mandat présidentiel. Le tout dans un contexte de chômage persistant, d'une croissance molle et, précise-t-on encore à l'Elysée, dans un monde économique en pleine mutation, et auquel il faut bien s'adapter.

Trois points clés : d'abord la formation mais (contrairement aux tentatives précédentes) des formations longues pour 500 000 chômeurs très éloignés de l'emploi. Et adaptation oblige, des formations aux métiers de demain, ceux du numérique ou de l'environnement.

Des aides à l'embauche dans les PME , sous forme de prime plutôt que d'exonération de charge, comme le réclame le patronat. On parle de 2 000 euros pour l'embauche de tout salarié payé moins de 1,3 fois le smic.

Et puis des mesures également pour relancer l'apprentissage qui ne trouve toujours pas son public. Pour quel coût ? D'après le ministre des Finances Michel Sapin, quand on parle de deux milliards d'euros , on n'est pas loin de la vérité. Une chose est sûre, le montage financier, notamment la participation des régions, n'est pas arrêté et fera l'objet de discussions dans les jours qui viennent..

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.