France Inter s'est procuré la lettre par laquelle ArcelorMittal renonce au projet d'acier "vert" Ulcos. En voici la traduction.

"Cher Monsieur,

Nous souhaitons vous informer que le travail d’ingénierie pratiqué sur le projet Ulcos TGR-BF depuis mai 2011 a mis au jour cinq points critiques sur la sécurité et la technique. Des points liés à l’amélioration de la technologie à la fois pour la capture de CO2 et le stockage souterrain.

Ces problèmes font qu’il est impossible de garantir, sur le long terme, l’exploitation du projet Ulcos dans des conditions sécurisées, stables et soutenables. Ces limites rendent aussi impossible la mise en œuvre immédiate de cette technologie à une échelle industrielle comme il était prévu initialement sur le haut fourneau, cela incluant la capture de CO2, son stockage, et la réduction des émissions, comme réclamé au premier niveau de la procédure de financement européenne NER100. (appel d’offre, NDLR)

Des recherches supplémentaires et des développements technologiques sont nécessaires pour fournir des solutions aux points critiques restants, et ces solutions ont besoin d’être expérimentées à l’échelle « pilote ». C’est pourquoi Arcelormittal a décidé de retirer son soutien au dossier du projet Ulcos TGR BF pour le premier niveau de la procédure de financement européenne NER 100, et ArcelorMittal a informé le Gouvernement français de cette décision.

ArcelorMittal reste très intéressé par le développement de telles technologies et ArcelorMittal proposera aux consortium d’aciéristes européens de ce projet de continuer le travail ensemble sur ce projet Ulcos, afin de développer complètement cette technologie et de relancer un projet pour une démonstration industrielle à un stade plus avancé. Quand cela sera finalisé, nous serons heureux de vous le présenter.

Nous restons à votre disposition pour toute information complémentaire.

Bien sincèrement,

Hervé Bourrier (PDG d'ArcelorMittal France, NDLR)"

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.