Le dernier rapport annuel du service "Intelligence Unit" de The Economist, qui analyse le prix de 160 produits et services du quotidien, est accablant pour la capitale française. Elle rejoint en tête des villes les plus chères au monde, Singapour et Hong Kong.

Paris, c'est beau mais c'est cher
Paris, c'est beau mais c'est cher © AFP / Philippe Lopez

C'est bien simple, mis à part les prix de l'alcool, des transports et du tabac à peu près comparables à ceux des autres villes européennes, la capitale française coûte très cher. Paris est la ville où la plupart des dépenses du quotidien vous coûteront le plus cher. Elle figure déjà dans le top 10 des villes les plus chères au monde depuis 2003, mais elle est passée de la septième position il y a deux ans à celle de leader aujourd'hui. Elle caracole désormais en tête du classement avec Singapour et Hong Kong.

À l'inverse, c'est Caracas qui est la ville où le coût de la vie est "le moins cher"... Mais il s'agit d'un cas à part parmi les villes mondiales, avec l'inflation galopante (près de 1.000.000 % en un an) qui a entraîné le lancement d'une toute nouvelle monnaie.

Nourriture, boissons, vêtements, loyers...

Le bond de Paris dans le classement de The Economist a plusieurs causes : le coût de l'euro d'abord, dans le concert des monnaies internationales, le coût des carburants, le coût du logement... Et le coût de la vie tout court, précise Roxana Slavcheva, l'auteur de l'étude. "Un verre de vin est bien sûr quelque chose qui, comme nous le savons, est tout à fait abordable et de très bonne qualité. C’est quelque chose que vous trouvez abondamment et facilement dans les villes françaises. Mais ce que nous voyons de plus cher, de structurellement plus cher, concerne les produits ménagers, et d’hygiène. Particulièrement la catégorie des loisirs aussi, par exemple le prix du ticket de cinéma ou le prix de certains services comme une coupe de cheveux. Tout ce qui rentre dans cette catégorie devient plus cher."

Cette étude se base sur les prix moyens à New-York, établie comme le référentiel avec un score fixe de 100, et compare avec les autres villes pour voir si les prix des mêmes produits sont plus ou moins élevés. Par exemple, avec le prix moyen d'un kilo de pain : 4,98 euros à Paris, 13,72 à Séoul, 7,33 à New-York, mais 2,99 à Singapour. L'indice comprend la nourriture, les boissons, les vêtements, les articles ménagers et les articles de soins personnels, les loyers des maisons, les transports, les factures de services publics, les écoles privées, l’aide aux ménages et les frais de loisirs.

La surprise vient aussi côté français de Nouméa qui gagne 33 places, en 20e position désormais. Cela à cause du coût élevé de la vie en Nouvelle Calédonie. Selon les auteurs de l'étude, il y a un manque certain de concurrence, notamment dans le commerce de gros et de détail, dominé par un petit nombre d'entreprises.

En ce qui concerne les prix de l'épicerie ou des produits frais (le pain, le riz, le beurre, les pâtes, la farine, le fromage, les fruits, les légumes etc.), ils sont contrôlés dans des commerces bon marché, des supermarchés de moyenne gamme et des commerces de luxe. Au total, l'indice comporte 400 points de vente, pour 160 biens et services comparés. Les mesures sont collectées deux fois par an, pour faire une moyenne, et comparer des produits de catégories équivalentes. Le classement prend en compte la nourriture, les boissons, les vêtements, les articles ménagers et les articles de soins personnels, les loyers des maisons, les transports, les factures de services publics, les écoles privées, l’aide aux ménages et les frais de loisirs.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.