Jusqu'ici limités à 140 caractères, les tweets sont passés ce 8 novembre à 280. Petit changement qui fait réagir depuis plusieurs semaines sur le réseau social, et qui cache une stratégie plus large...

Twitter teste le passage de 140 à 280 caractères maximum pour les tweets
Twitter teste le passage de 140 à 280 caractères maximum pour les tweets © Reuters / Kacper Pempel

La nouvelle est tombée fin septembre annoncée directement par Twitter : le réseau social proposait à certains utilisateurs, en phase de test, de poster des messages plus longs, jusqu'à 280 caractères (contre 140 aujourd'hui et depuis sa naissance). Ce 8 novembre, la mise à jour s'est appliquée à tous les utilisateurs. Il faut dire que cette limite de 140 caractères avait été choisie plus ou moins au hasard par ses créateurs à l'époque, le patron Jack Dorsey l'avait lui-même reconnu.

Un changement qui a déjà beaucoup fait réagir : car ce n'est pas parce qu'une contrainte a été créée sans raison particulière que les utilisateurs ne s'y sont pas habitués. Certains estiment que cette contrainte est bénéfique, car elle oblige à être concis et précis. D'autres peinent à résumer leur pensée (plus ou moins complexe) en 140 signes, et enchaînent parfois des dizaines de tweets pour raconter ce qu'ils ont à dire. Enfin, certains poussent même le vice jusqu'à faire des 140 caractères une contrainte pour écrire des fictions.

Réparer une injustice entre Orient et Occident

Les utilisateurs actuels râleront peut-être, mais cette nouvelle fonction n'est pas là pour eux : elle lève plutôt une limite qui pouvait dissuader les nouveaux. C'est l'un des credos de Twitter depuis plusieurs années pour tenter d'élargir sa communauté, le nerf de la guerre pour enfin réussir à rendre le réseau social rentable. Entré en Bourse en 2013 avec une action à 64 dollars, Twitter vend désormais ses titres pour un peu moins de 17 dollars et peine à transformer les discussions de ses utilisateurs en billets verts.

Twitter espère que le passage de 140 caractères à 280 permettra de séduire de nouveaux utilisateurs, mais pas n'importe quels utilisateurs. Le réseau social le dit : cette nouveauté vise avant tout (voire exclusivement) le public occidental, puisque la croissance de Twitter en Asie est déjà phénoménale. Au Japon, par exemple, Twitter voit son nombre d'utilisateurs grandir trois fois plus vite que dans le reste du monde. Pour réussir le même exploit en Occident, il faut donc réparer une injustice.

La mise à jour ne concernera donc pas les tweets en chinois, en japonais et en coréen, pour une raison simple : ces langues nécessitent moins de signes pour exprimer la même idée. Sur Twitter, 9 % des tweets utilisent l'ensemble des 140 caractères disponibles, contre 0,4 % des tweets en japonais. Les autres langues ont besoin de plus de place pour s'exprimer confortablement, Twitter a donc décidé de leur fournir, s'inspirant de modèles alternatifs comme Mastodon (un réseau social qui a séduit les plus pointus des "twittos").

Et après ? Le marché asiatique en plein boom, le marché européen et américain autorisé à être plus bavard, la prochaine étape pourrait bien être la conquête des pays émergents. Twitter teste ainsi, aux Philippines, une version nommée "Twitter Lite" de son application, plus légère et moins gourmande en données mobiles. Ces dernières coûtent encore trop cher dans certains pays, qui du coup son privées le plus souvent d'accès au réseau social. Une expérience parmi d'autres pour aider le petit oiseau bleu à enfin voler de ses propres ailes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.