Le chiffre de deux millions d’œufs contaminés au fipronil est désormais évoqué, alors que 14 centres de transformation et 40 grossistes ayant reçu des lots ont été identifiés.

Deux millions d’œufs contaminés, des lots reçus par 14 établissements de transformation et une quarantaine de grossistes... L'affaire s'étend.
Deux millions d’œufs contaminés, des lots reçus par 14 établissements de transformation et une quarantaine de grossistes... L'affaire s'étend. © AFP / John Thys

L’inquiétude croît à mesure que le nombre d’œufs contaminés augmente. On parle désormais de près de deux millions d’œufs potentiellement intoxiqués par l’insecticide fipronil, interdit en France mais autorisé en Belgique et aux Pays-Bas, qui ont été distribués sur le territoire. Le ministère de l’Agriculture a annoncé lundi soir avoir identifié six nouveaux centres de transformation ainsi que 40 grossistes, probablement des supermarchés, des supérettes, ayant reçu des lots.

► ALLER PLUS LOIN | Œufs contaminés au fipronil ? Vers un scandale sanitaire ?

Si, au ministère, on se montre rassurant quant à la dangerosité de ces œufs, ce chiffre de deux millions est 65 fois plus élevé que celui évoqué au début de l’affaire, il y a une semaine, et huit fois élevé plus que le chiffre annoncé vendredi. L’ONG Foodwatch, qui lutte pour les droits des consommateurs, est inquiète : "Le ministère de l’agriculture, de notre point de vue, minimise. On n’a pas, actuellement, les niveaux de contamination. Des tests sont réalisés, mais on n’a pas les informations. Faut-il s’inquiéter ? Tant qu’on n’a pas des preuves, des garanties, on peut légitimement se poser la question."

L'ONG Foodwatch dénonce une certaine "opacité"

C’est "l’opacité" autour de ce scandale sanitaire que dénonce notamment l’ONG. Lundi soir, le ministère se refusait à tout commentaire sur l’identité des désormais quatorze établissements de transformation et de la quarantaine de grossistes ayant réceptionné des lots contaminés. "De quels établissements s’agit-il ? Qui ont-ils fourni ? Où ces œufs ont-ils atterri ?, questionne Foodwatch. Les consommateurs sont laissés dans le flou total."

D’autant que chaque nouvelle annonce vient avec son lot de révélations. En effet, parmi les nouveaux établissements identifiés figurent des entreprises ayant importé des œufs écalés, c’est-à-dire sans coquille, entrant traditionnellement dans l’élaboration de sandwiches et de salades. L’enquête de traçabilité, débutée il y a dix jours, a également mis en lumière ces grossistes, qui auraient réceptionné plus de 45 tonnes d’ovoproduits, des produits à base d’œufs transformés.

L’affaire prend donc une nouvelle ampleur et le ministère de l’agriculture pourrait communiquer rapidement, en particulier le nom des grossistes concernés.

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.