Peugeot PSA
Peugeot PSA © MaxPPP/L'Alsace/Lionel Vadam
**Philipe Varin, le PDG de PSA, s’apprêterait-il à passer la main ? Le groupe automobile serait en train de réfléchir à un changement d'homme à sa tête, avant une alliance plus étroite avec le chinois Dongfeng.** D'après le Figaro, un nom serait sur toutes les lèvres pour cette succession, Carlos Tavarès, ancien n°2 de l'autre grand constructeur français, Renault, avant d'être débarqué cet été par Carlos Ghosn. Un cabinet de chasseurs de tête serait sur le coup et des entretiens auraient déjà eu lieu. Un recrutement dirigé par Varin lui-même. Chez PSA hier soir, pas question de confirmer cette information de recherche d'un successeur à Philippe Varin, mais pas question de la démentir non plus. "Il n'est pas illogique", disait-on même, "qu'un grand groupe comme PSA réfléchisse à la succession d'un dirigeant agé de 61 ans", c'est précisemment l'age de Philippe Varin. "C'est une question de stratégie de groupe". En revanche, ce dont on ne veut pas entendre parler, chez PSA, c'est qu'il pourrait s'agir là d'une pression du partenaire chinois Dong Feng, qui en ferait un préalable avant une alliance plus étroite avec le constructeur français. Tout ça est faux, explique-t-on, c'est même Philippe Varin qui a relancé ce partenariat, en y injectant un milliard d'euro et en construisant une 3ème usine en Chine. Pour ce qui est de ce nom qui circule, Carlos Tavarès, pour une éventuelle succession, là, c'est sans commentaire. Lui n'avait pas caché, avant même d'être éjecté de chez Renault, son désir de prendre la tête d'un constructeur. Et c'est vrai qu'en matière de partenariat avec l'Asie, il peut toujours faire valoir son expérience chez Renault-Nissan.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.