les syndicats de psa ont une semaine pour sonder leur base sur l’accord de compétitivité
les syndicats de psa ont une semaine pour sonder leur base sur l’accord de compétitivité © reuters

C'est aujourd'hui que la dernière voiture sort de l'usine PSA. Hier, le constructeur a signé un contrat de compétitivité avec les syndicats. Les salariés en ont gros sur le coeur.

Les 1 000 salariés encore inscrits au planning de la direction n’ont plus que deux mois pour trouver un reclassement. Ils ne sont pas encore tous fixés sur leur sort.

Julie Marie-Leconte a assisté à la sortie du dernier véhicule de l'usine

PSA Peugeot Citroën a signé hier son "contrat social" avec les syndicats, dernière entreprise en date à obtenir des concessions sur les salaires et la flexibilité du travail pour tenter de conserver une base compétitive en France.

Le mouvement, amorcé depuis plusieurs mois dans l'automobile essentiellement, traduit une volonté croissante des entreprises, mais aussi des partenaires sociaux, d'anticiper les difficultés économiques pour préserver au maximum l'activité et l'emploi.

Moins de six mois après avoir lancé un vaste plan social en France pour faire face à ses difficultés financières, PSA avait prévenu en janvier que cela ne suffirait pas à pérenniser son activité dans le pays et qu'il lui faudrait négocier pour accroître sa compétitivité. L'accord signé jeudi pour trois anspar quatre des six syndicats du groupe prévoit un quasi-gel des salaires en 2014 et une plus grande flexibilité dans les cadences et les mobilités.

En échange, PSA a promis de conserver tous ses sites français et d'augmenter sa production de véhicules en France.

Le site d'Aulnay fermé
Le site d'Aulnay fermé © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.