Carlos Tavares, patron de PSA
Carlos Tavares, patron de PSA © Reuters

Après "Back in the Race" voici "Push to Pass". PSA annonce son nouveau plan stratégique sur cinq ans. Le constructeur automobile français veut augmenter ses marges en diversifiant ses activités. Autopartage, covoiturage, nouvelles gammes de voitures et de véhicules utilitaires, les pistes sont nombreuses.

D'ici 2021 le PDG veut augmenter les marges opérationelles de la division automobile de 6%. Après avoir connu de graves difficultés en 2012 puis renoué avec le bénéfice net l'an dernier, PSA accélère encore tout en poursuivant sa politique de "discipline financière" . L'objectif de hausse du chiffre d'affaires d'ici 2019-2021 est fixé à 15% (+4,4% par an).

Diversification

Le renouvellement des produits et des services. Voilà la recette imaginée par Carlos Tavares. "Notre modèle économique va aussi évouler, PSA va s'ouvrir de nouveaux horizons , qu'ils soient géographiques ou qu'ils anticipent les mutations des usages de l'automobile" , a déclaré Jean-Baptiste Chatillon, le directeur financier du constructeur.

PSA, qui compte réduire de 700 euros le coût de production de chaque voiture lancera, sur la durée de ce plan 26 nouveaux modèles et huit utilitaires dont des moteurs hybrides rechargeables et électriques . Une partie de ces nouveaux véhicules pourrait être produite à l'étranger, en Iran, au Maroc, en Algérie mais aussi en Asie du Sud Est. A la faveur de partenariats une usine pourrait être installée dans cette zone d'ici 2018.

Autopartage et covoiturage

Mais Peugeot Citroën ne compte pas sur la seule vente des voitures pour doper sa croissance future. Les modes de consommation évoluent et le secteur automobile n'échappe pas à cette règle. PSA va se lancer sur le marché de l'occasion et même de la vente en ligne de pièces détachées, le leasing (location avec option d'achat) ou encore des services comme le covoiturage.

D'ici 2017 Carlos Tavares pourrait même s'associer avec un autre capitaine d'industrie français. PSA et Bolloré envisageraient de s'associer pour développer , en Amérique du Nord un service d'autopartage . Une manière pour le constructeur de revenir progressivement sur un marché américain abandonné dans les années 1980-1990.

Quels efforts pour les salariés ?

Carlos Tavares n'a pas évoqué de coupes sociales et salariales .Lors de l'annonce des derniers bons résultats de 2015, le PDG avait salué "les efforts" des salariés ayant contribué au redressement du groupe. Mais c'est surtout l'augmentation spectaculaire de son salaire annuel qui avait retenu l'attention : 5,24 millions d'euros soit le double de ce qu'il avait gagné en 2014. "Inacceptable" pour les syndicats qui avaient pointé une augmentation globale de huit euros par mois pour les salariés pendant que "le patron touche lui 14 500 euros par jour" avait calculé la CGT.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Les efforts ont payé, et d'autres arrivent

Carlos Tavares a affirmé ce mardi qu'il entendait les critiques sur le quasi doublement de son salaire . Mais il a aussi fait valoir que ses émoluments étaient inférieurs à la moyenne de ce que gagnent les patrons du secteur de l'automobile.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.