quatre syndicats favorables au projet d'accompagnement du plan social de psa
quatre syndicats favorables au projet d'accompagnement du plan social de psa © reuters

Ils commencent ce vendredi à examiner, en CCE, le premier projet d'accord sur le Plan de Sauvegarde de l'Emploi, dans un contexte particulièrement tendu. Un médiateur a été nommé pour "favoriser le retour au calme" sur le site d'Aulnay.

Cela fait déjà un mois que les salariés d'Aulnay-sous-Bois sont en grève. Un mois où la tension a augmenté petit à petit, jusqu'à aboutir à une situation de blocage total. L'usine doit fermer en 2014, mais elle est déjà paralysée, suite à l'appel de la CGT.

Car au-delà de la grève, le site est presque devenu un champ de bataille : jets de boulons, d'oeurs, cadres poursuivis dans les ateliers, vitres brisées à coups d'extincteurs, huées et crachats... Une ambiance électrique que le gouvernement aimerait apaiser.

Ecoutez le reportage de Mathilde Dehimi

"Les tensions de plus en plus fortes ne permettent plus un dialogue serein entre toutes les parties", se désole le ministre du Travail dans un communiqué. Michel Sapin a donc décidé de nommer un médiateur (même s'il refuse ce terme) en la personne de Marc Leray, directeur départemental du travail. Sa mission sera de "favoriser le retour au calme et le rétablissement du dialogue dans l'usine".

Un médiateur qui aura du pain sur la planche, selon les syndicats, et notamment Jean-Pierre Mercier (CGT).

L'usine emploie 2.800 personnes en CDI. Selon la direction, 280 sont grévistes, environ 500 pour la CGT.

Le PSE au menu du CCE

Au coeur de ces tensions, le projet de fermeture d'usine et le fameux Plan de Sauvegarde de l'Emploi. Mardi, une majorité de syndicats du groupe s'est dit favorable à un projet d'accord, qui doit être signé au printemps. Un projet qui doit être étudié à partir d'aujourd'hui vendredi, lors d'un CCE du groupe.

La CGT, elle, refuse tout dialogue sur la base de ce texte, et parle "d'accord de la honte". Le syndicat réclame un vrai dialogue : "On veut un véritable médiateur qui ait pour mission de rouvrir les négociations pour garantir un emploi à l'ensemble des salariés, et pas uniquement pour discuter des inventions de la direction concernant des jets de boulons et autres".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.