Après New-York et Berlin, c'est au tour de Londres d'ouvrir son métro la nuit à partir de ce vendredi. A Paris Anne Hidalgo le souhaite aussi, mais ce n’est pas si simple...

Qu'attend Paris pour passer au métro de nuit ?
Qu'attend Paris pour passer au métro de nuit ? © CC PRONicolas Vigier

Encore une ville qui passe au métro "de nuit". Après New York, où le métro roule tous les jours toute la nuit, ou Berlin où vous pouvez rentrer de boite le week-end en métro, c'est Londres qui lance son "night tube" à partir de ce vendredi soir. Les métros rouleront toute la nuit les week-end, d'abord sur deux lignes, puis sur cinq. De quoi réjouir les clubbeurs et les salariés de la nuit. Selon une étude du cabinet Ernst & young, cette extension du service rapporterait à l'économie londonienne 77 millions de plus par an. Alors, qu'attend une grande capitale mondiale comme Paris pour y passer

Beaucoup c'est vrai se posent cette question. Car fêtards et travailleurs de nuit rament.

Le week-end ça doit fermer vers deux heures du mat. En fait on a plus besoin du métro vers 3 ou 4 heures. Le métro toute la nuit moi ça m’arrangerait bien car les taxis ou les Uber c’est cher ! Il y a des gens qui travaillent à ces heures-là et ça leur rendrait service.

Sans métro de nuit, Paris pourrait aussi se priver de gains potentiels. A Londres l'opérateur TFL prévoit que le système rapporterait de l'argent dès trois ans d’exploitation nocturne. A la clé, pour la capitale britannique, croissance et emploi : 2.000 créations de postes sont annoncées. De quoi pousser la maire socialiste de Paris à réclamer elle aussi des horaires étendus. Une extension qui n’est pas prioritaire pour le syndicat des transports d'Île de France et son administrateur Stéphane Beaudet, vice-président les républicains de la région en charge des transports :

Moi je veux bien que la ville de Paris nous dise qu’il faut le faire, mais qui paye ? Ça veut dire l’ouverture de stations, du personnel, un usager qui coute la nuit vingt fois plus que le jour. Ça ne peut pas être notre priorité. La priorité des Franciliens c’est l’amélioration du réseau. Ça veut dire des chantiers. Il y a chaque nuit 400 chantiers sur le métro parisien. Quand vous roulez toute la nuit vous n’avez plus de période pour l’entretenir.

Selon la RATP le métro toute la nuit toute la semaine coûterait 400 millions d'euros. Le syndicat des transports affiche un déficit de 300 millions. Une étude servira de base à des décisions sur le sujet. Elle est déjà sur les rails.

Les villes où le métro circule toute la nuit sont peu nombreuses
Les villes où le métro circule toute la nuit sont peu nombreuses © Valeria Emanuele