Ce jeudi, Emmanuel Macron inaugure Station F, le nouveau projet de Xavier Niel : un gigantesque campus entièrement dédié aux start-ups.

Station F ouvrira en avril sur le site de la Halle Freyssinet, à Paris
Station F ouvrira en avril sur le site de la Halle Freyssinet, à Paris © Maxppp / IP3 Press

Il devait ouvrir en avril, c'est finalement ce jeudi que le nouvel incubateur de start-ups signé Xavier Niel va être inauguré ce jeudi en présence d'Emmanuel Macron. Un retard dû à des fuites d'eau, mais qui a également permis à l'équipe de peaufiner son projet en signant des accords avec les géants d'Internet, dont Facebook.

Mais qu'est-ce que c'est que cette "Station F" ?

Le lieu, érigé sur le site de l'ancienne Halle Freyssinet dans le 13e arrondissement, va devenir un gigantesque campus entièrement dédié aux startups françaises. Par "campus", sa directrice Roxanne Varza entend "un véritable écosystème sous un seul toit, où l'on retrouvera l'ensemble des différents acteurs, des investisseurs, des startups, des acteurs publics, etc., a-t-elle expliqué sur France Inter début janvier.

Autrement dit, une jeune entreprise innovante pourra, dans un même lieu, bénéficier d'un espace de travail, mais aussi d'investissements, de conseils, d'aide administrative, etc. Objectif de l'opération : permettre aux startups françaises de ne pas être obligées de partir s'installer aux Etats-Unis pour lever des fonds.

A quoi ça va ressembler ?

L'idée de ce lieu, imaginé par Xavier Niel, le patron de Free et de l'école du numérique "42", c'est de créer un lieu de vie complet pour les "startupers" : en plus des 3.000 postes de travail (en open-space bien sûr) proposés, il inclura aussi des espaces événementiels, un café, un espace dédié aux technologies de pointe (laser, imprimante 3D), un bureau de poste et même... des douches !

A terme, Station F sera relié à un lieu d'habitation situé à Ivry-sur-Seine, qui comptera 100 appartements partagés pour accueillir pas moins de 600 jeunes entrepreneurs.

Qui va y travailler ?

En tout, quelque 1.000 petites entreprises pourront élire domicile au sein de Station F, promet sa directrice. Et pour ce faire, deux solutions possibles : la plus simple (mais pas encore ouverte aux inscriptions), c'est de simplement louer un bureau flottant au sein du lieu.

L'autre solution est plus complexe mais aussi plus avantageuse : devenir membre d'un programme de start-ups. C'est-à-dire postuler pour faire partie des "petits protégés" d'une grande entreprise, qui lui apporte une aide, des ressources, des ateliers et des conseils pour aider au développement. Pour l'heure, trois grands programmes sont lancés : celui créé par Station F, mais aussi un autre défendu par Vente Privée, et un dernier par HEC.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.