Le Conseil supérieur du notariat publie ce mardi son bilan de l'année écoulée. Année record avec un nombre de transactions jamais atteint, en hausse de 10%. Les incertitudes autour des futures pensions de retraite expliquent -en partie- ces chiffres. Les prix continuent leur ascension, surtout dans les grandes villes.

Le pallier symbolique du million de transactions immobilières réalisées en un an a été franchi en septembre 2019.
Le pallier symbolique du million de transactions immobilières réalisées en un an a été franchi en septembre 2019. © Radio France / Claire Chaudière

2019 restera donc comme l'année du franchissement symbolique du million de transactions immobilières en France, soit 100 000 ventes de plus réalisée en un an. Un niveau jamais atteint auparavant. Ce seuil a été franchi en septembre dernier. 

Un million de transactions : des taux bas, mais pas que...

Jamais les taux de crédit immobiliers n'ont été aussi bas (rendant possibles de nombreuses transactions), et rarement la pierre aura été à ce point considérée comme une valeur refuge, un "élément de ré-assurance pour l'avenir, du fait des interrogations sur la réforme des retraites", résume le Conseil supérieur du notariat dans son étude annuelle.  

Pour Me Rozenn le Beller, porte-parole des notaires de France, "si cette tendance existe depuis quelques années, elle apparaît aujourd'hui de plus en plus nette. Nous voyons arriver dans nos offices des acquéreurs parfois très jeunes, qui expliquent qu'ils auront une plus petite retraite que leur parents, et qui cherchent des solutions. C'est assez récent".

Ils veulent être propriétaires pour ne pas avoir cette charge lorsqu'ils seront plus âgés. Mais aussi pour pouvoir ensuite investir et faire du locatif pour avoir un revenu complémentaire. 

Les prix continuent de grimper dans les grandes villes

Si le pouvoir d'achat immobilier a augmenté en 2019, les prix aussi. Les appartements s'achètent en moyenne 4 % plus cher qu'il y a un an à l'échelle du pays. 

À Lyon, la hausse est de 10 %. Elle est de 6 % à Paris où un autre seuil symbolique aura bel et bien été franchi cette année : celui vertigineux des 10 000 euros le mètre carré en moyenne.

Sur 10 ans, les chiffres donnent le tournis. En une décennie, le prix des appartements lyonnais ou parisiens ont augmenté de 60 %. Les appartements bordelais de 79 % !

Dans le détail, 8 villes ont connu des hausses supérieures à 20 % depuis 2009 : Lille ( 21 %), Toulouse ( 22 %), Strasbourg ( 25 %), Rennes ( 34 %), Nantes ( 39 %), Paris ( 61 %), Lyon ( 62 %), Bordeaux ( 79 %). 

À l’inverse, 6 villes ont vu les prix au m² médians diminuer : Saint-Étienne (-27%), Le Havre (-10%), Toulon (-5%), Grenoble (-4%), Reims (-2%) et Dijon (-2%).

Bulle immobilière : des craintes infondées ?

Pour Me Rozenn Le Beller, l'année 2019 aura aussi été marquée par "le retour des investisseurs, peu ou pas découragés par l'IFI, l'impôt sur la fortune immobilière. Pour autant, ceux qui craignent l'arrivée d'une bulle se trompent. Il y a très peu d'achats-reventes, très peu de phénomènes purement spéculatifs", explique cette notaire installée en Bretagne. 

Le mois de décembre a vu les taux d'intérêt repartir très légèrement à la hausse dans certaines banques, mais les conditions d'emprunts pourraient rester encore favorables de longs mois. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.