À l'issue d'une vente aux enchères, l'image du premier tweet écrit par l'un des fondateurs de Twitter, Jack Dorsey, a été adjugée à 2,9 millions de dollars. Elle a été vendue sous forme de NFT, une image numérique certifiée qui connaît un vrai boom, grâce à la même technologie que les cryptomonnaies. Explications.

Le premier tweet de Jack Dorsey a été publié le 21 mars 2006
Le premier tweet de Jack Dorsey a été publié le 21 mars 2006 © AFP / OLIVIER DOULIERY

L'image du premier tweet de l'histoire a désormais une valeur pécuniaire. Le co-fondateur et PDG de Twitter, Jack Dorsey, a vendu ce lundi une image de son tout premier tweet pour 2,9 millions de dollars (2,4 millions d'euros). Ou plutôt pour 1 630,58 ethers, une cryptomonnaie. Et l'image n'est pas une simple photo, mais un NFT (token non-fongible), ou plus clairement un format numérique certifié.

Donner de la valeur à un objet virtuel

C'est une image historique que le premier tweet jamais publié. Nous sommes en mars 2006. Jack Dorsey, Noah Glass, Biz Stone et Evan Williams développent une sorte de service de SMS groupés sur Internet. Ils l'appellent twttr. Le 21 mars à 9h50, Jack Dorsey partage le tout premier message : "just setting up my twttr" ("juste en train de paramétrer mon twttr"). Il fait moins de 140 caractères (la limite à l'époque), sans hashtag (créés en 2007). Ce n'est qu'en juillet 2006 que la plateforme est officiellement lancée et ouverte à tous.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Un NFT est un format numérique conçu grâce à la technologie de la blockchain. La blockchain est une sorte de base de données numériques infalsifiables, qui permet des transactions sécurisées et transparentes. La blockchain sert ainsi de base aux cryptomonnaies comme le bitcoin et l'ether. Très concrètement, le NFT donne une valeur à un objet virtuel, que ce soit une image, un son ou une vidéo, grâce à un certificat d'authenticité. Comme la rareté fait la valeur, Jack Dorsey a donc mis en vente une unique image de son premier tweet. Il n'en existe qu'une certifiée, même s'il reste l'auteur et le propriétaire du tweet original.

Un phénomène dans la bulle des cryptomonnaies

Si le phénomène des NFT semble prendre l'ampleur aujourd'hui, cette acquisition n'est pas la première de genre. "Cet intérêt est lié au phénomène de bulle sur les cryptomonnaies depuis quelques mois. Le NFT est la nouvelle innovation à l'intérieur de la bulle. La technologie est apparue fin 2017, et après une période d'expérimentations, elle est devenue mûre avec le développement de nombreuses applications, comme dans le marché de l'art et le gaming", explique le journaliste Grégory Raymond, auteur de la newsletter spécialisée sur les cryptomonnaies 21 Millions. L'exemple du monde du jeu vidéo est justement très parlant.  

Dans certains, on peut débloquer des fonctionnalités en payant. Dans les jeux de rôle en ligne, on peut notamment acheter des armes. Elles ont toujours la même valeur, peuvent être achetées par tous les joueurs et leur valeur est liée à l'existence du jeu. La technologie de la blockchain, et des NFT, permettent non seulement d'établir et de certifier que telle arme est en quantité limitée, mais aussi de lui donner une existence virtuelle indépendante du jeu. Un collectionneur peut donc se targuer de posséder virtuellement une arme d'un jeu en ligne qui n'existe plus. Un autre pourra se vanter de posséder l'image du premier tweet du créateur de Twitter, même si ce dernier décide de supprimer l'original. L'acheteur du NFT de Jack Dorsey, Sina Estavi, un entrepreneur du monde de la tech, évalue en tout cas son investissement comme l'achat d'une œuvre d'art.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour Grégory Raymond, "les gens qui disent que les NFT sont comme des JPEG ( fichier image classique) n'ont pas totalement tort" car dans le cas de l'image du premier tweet, il en existe un nombre incalculable de copies sur Internet et les réseaux sociaux. Le NFT devient beaucoup plus intéressant s'il s'inscrit dans la démarche d'un artiste, qui prévoit de créer une œuvre originale en format NFT limité à quelques exemplaires. "Et ça donne envie à l'acheteur de soutenir son travail", poursuit Grégory Raymond. Courant février, c'est un gif (une animation vidéo de quelques secondes) de l'artiste Beeple, qui a été vendu pour 6,6 millions de dollars. Le mois dernier, l'un de ses collages numériques est parti à 69 millions de dollars.

NFT, pour alimenter sa vanité ?

Aujourd'hui, Twitter est devenu un mastodonte, avec environ 192 millions d'utilisateurs quotidiens et un chiffre d'affaires trimestriel qui dépasse le milliard de dollars. Mais Jack Dorsey, passionné par les cryptomonnaies, ne pouvait pas passer à côté de l'occasion d'entrer une fois de plus dans l'Histoire. Même s'il a offert la somme à une œuvre caritative, le geste n'était pas totalement désintéressé. "Il faut bien prendre en compte que le phénomène des NFT est aussi lié à ceux qui en vendent et se portent acquéreurs. Il ne faut pas croire que le grand public se lance dedans : ce sont principalement les grands noms du numérique et les grands entrepreneurs du monde des cryptomonnaires. À travers ces achats, ils s'offrent un coup de pub", tempère Grégory Raymond.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le fantasque patron de Tesla et Space X, Elon Musk, qui s'amuse souvent à être un troll sur les réseaux sociaux, s'est moqué de la mode autour des NFT. Le 15 mars dernier, il a mis en vente un NFT d'un tweet avec chanson. Un morceau qu'il explique avoir composé en hommage à ce format. Extrait des paroles : "NFT, pour votre vanité. C'est vérifié et garanti." Les enchères pour ce NFT de techno un peu lourdingue ont dépassé le million de dollars, avant qu'Elon Musk ne finisse par annuler la vente.